Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chantier du barrage chinois de Xiaolangdi a été achevé en 2000, a coûté 3,5 milliards de dollars, et produit quelque 5 milliards de kWh d'électricité par an (archives).

Keystone/AP XINHUA/ZHANG XIAOLI

(sda-ats)

Un photographe a utilisé un drone pour capturer d'impressionnantes images de chutes d'eau jaillissant d'un barrage du centre de la Chine, une attraction attirant chaque année des milliers de touristes.

Des trombes d'eau rugissantes ont giclé de conduits du barrage de Xiaolangdi, sur le cours du fleuve Jaune, dans la province du Henan, produisant vagues, vapeur, et de gigantesques cascades. Le lâcher a pour objectif d'évacuer le limon accumulé dans un réservoir situé derrière l'ouvrage. Le fleuve Jaune est connu pour sa turbidité, de laquelle il tire son nom.

Les monumentales cascades provoquées par le lâcher attirent chaque année les photographes, mais les clichés aériens des panaches d'eau réalisés mardi ont permis de prendre toute la mesure du phénomène. Prises du ciel par un drone, les photographies montrent de larges langues d'eau gorgées de limon venant se répandre dans la rivière en contrebas.

Nombreux détracteurs

Afin d'attirer les touristes, la ville de Luoyang située à proximité tient comme chaque année pendant une semaine un "festival des vagues". L'édition 2016 est ponctuée de lâchers d'eau quotidiens à heures précises, avec des bus climatisés acheminant les curieux sur le site.

Le chantier du barrage de Xiaolangdi a été achevé en 2000, a coûté 3,5 milliards de dollars, et produit quelque 5 milliards de kWh d'électricité par an. La Chine a lancé lors des dernières décennies une vague de construction de barrages, dont celui des "Trois-Gorges", le plus gros du monde en termes de capacité.

Les détracteurs de ces ouvrages hydrauliques pointent cependant leur impact sur la faune aquatique et sur les habitants. Des centaines de milliers de personnes ont dû être relogées, parfois contre des indemnités jugées insuffisantes.

ATS