Toute l'actu en bref

Yuzuru Hanyu s'est fait l'auteur d'une magnifique remontée lors du programme libre pour décrocher son deuxième titre mondial, à Helsinki.

Le Japonais, seulement 5e après le programme court, a dominé la deuxième journée avec 223,20 points, nouveau record du monde pour un libre, et un total de 321,59 pts.

Le champion olympique a devancé son compatriote Shoma Uno, médaillé d'argent (319,31 pts), et le Chinois Jin Boyang (303,58). Cinq des six premiers classés sont des patineurs asiatiques ou d'origine asiatique. L'exception est constituée par l'Espagnol Javier Fernandez, double champion du monde en titre, seulement 4e cette fois après notamment une chute lors du libre.

Mais même sans cette mésaventure, Fernandez n'aurait pas pu menacer Hanyu, tant celui-ci a tutoyé la perfection. A preuve, il a été crédité de 97,08 points pour les composantes artistiques, sur un maximum possible de 100 pts. Aérien, élégant, majestueux, il n'a pas escamoté le moindre saut et a réussi ce qu'aucun patineur n'était réellement en mesure de faire il y a une dizaine d'années encore, à l'époque des Stéphane Lambiel et Evgeny Plushenko: allier la quasi perfection technique à un sens artistique hors du commun.

Aujourd'hui, passer la barre des 300 points est devenu la norme pour les patineurs de la nouvelle génération. De même que passer quatre quadruple sauts dans un libre devient une habitude. L'Américain Nathan Chen, 17 ans et finalement 6e, a même poussé jusqu'à... six quadruples samedi. Tous n'ont pas été maîtrisés, mais le ton est donné. A un an des Jeux de PyeongChang, cette domination asiatique, à grand renfort d'acrobaties, promet encore bien des étincelles.

Hanyu, 22 ans, s'entraîne depuis cinq ans à Toronto, au Canada, sous la conduite de Brian Orser, également le coach de Fernandez. Il conserve une humilité toute japonaise: "A l'avenir, je dois m'entraîner encore plus. Le plus important pour moi, quel que soit mon résultat, est que le public apprécie mon programme", a-t-il dit immédiatement après son sacre.

Tout juste deux points derrière lui, son compatriote Shoma Uno a fait valoir sa marque de frabrique (le quadruple flip) et réussi deux triples axels qui lui ont permis d'effacer sa contre-performance des Mondiaux 2016. A dix-neuf ans, il est éjà lancé aux trousses de Hanyu.

ATS

 Toute l'actu en bref