Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'OMS va mener ou soutenir une large campagne de vaccination au Yémen et dans plusieurs pays africains (archives).

KEYSTONE/EPA/YAHYA ARHAB

(sda-ats)

Plus de deux millions de personnes dans cinq pays africains vont être immunisées d'ici mi-juin contre le choléra, la plus large campagne de vaccination de l'Histoire. Et une immunisation a débuté dimanche au Yémen, a annoncé lundi à Genève l'OMS.

"La plupart des populations ne réalisent pas que nous sommes au centre d'une épidémie de choléra depuis environ 60 ans", a dit devant la presse le directeur général assistant de l'organisation pour la préparation et la réponse aux urgences sanitaires. "Le risque du choléra subsiste, mais nous avons la solution" pour contrôler cette pathologie, ajoute Michael Ryan.

Mais la question est davantage de savoir si les acteurs auront "la volonté collective" de mener cette lutte sur dix ans. Une initiative mondiale doit aboutir à réduire de 90% le nombre de décès liés au choléra d'ici 2030. Le taux de mortalité atteint environ 2% en raison du manque d'accès aux soins.

Les vaccins oraux du stock mondial financé l'Alliance du Vaccin (Gavi) seront utilisés en Zambie, en Ouganda, au Malawi, au Soudan du Sud et au Nigeria. Les campagnes menées par les ministères de la santé de ces pays avec le soutien de l'OMS et des partenaires du Groupe spécial mondial de lutte contre le choléra (GTFCC).

Discussion au nord du Yémen

Par ailleurs, une vaccination peut aussi être menée dans une partie du Yémen où environ un million de cas suspects de diarrhées sévères avaient été observés l'année dernière. "Les conditions subsistent" et, sans dispositif adapté, la situation pourrait augmenter à nouveau.

Environ 350'000 doses ont été acheminées pour le sud où l'immunisation a débuté dimanche mais 4,6 millions ont été approuvées pour utilisation à terme. L'OMS négocie actuellement un accès pour mener une campagne dans le Nord contrôlé par les rebelles Houthis.

Le choléra est endémique dans des dizaines du pays, surtout en Afrique mais aussi dans certains pays asiatiques. Récemment, une augmentation des épidémies a été observée. Une hausse liée aux changements environnementaux, à l'instabilité politique et aux groupes armés, aux déplacés ou encore à l'urbanisation, a dit un autre responsable de l'OMS.

En 2017, quelque 150'000 cas suspects et 3000 décès ont été mentionnés en Afrique. Pour 2018, ces chiffres s'établissent à 37'000 et près de 1000. Au moins 12 régions ou pays d'Afrique subsaharienne font état d’une transmission active de la maladie.

15 millions de doses

De meilleurs vaccins, moins chers, sont désormais possibles. En 2017, plus de 10 millions de doses ont été distribuées, de la Sierra Leone au Bangladesh, en passant par la Somalie. Au cours des quatre premiers mois de 2018, ce chiffre est passé à 15 millions.

Pour le moment, la production des trois vaccins approuvés, jusqu'à 60 millions de doses, fait face à la demande grandissante. Mais à plus long terme, la réponse passera par l'amélioration de la qualité de l'eau et de l'assainissement.

"Les vaccins oraux jouent un rôle essentiel dans notre lutte contre le choléra", explique aussi le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus. L'institution et ses partenaires établissent aussi des centres de traitement, livrent du matériel ou encore encadrent sur la santé publique.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS