Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La conseillère nationale Christa Markwalder (PLR/BE) ne devra selon toute vraisemblance pas rendre des comptes à la justice. La commission compétente du National a refusé jeudi de lever son immunité. Celle du Conseil des Etats doit encore se prononcer.

La politicienne est sur la sellette pour avoir transmis des informations de commission parlementaire à une lobbyiste représentant les intérêts kazakhs. La décision de la commission du Conseil national est tombée par 7 voix contre 2.

Le refus de lever l'immunité parlementaire a aussi prévalu, à l'unanimité cette fois, pour le député Walter Müller (PLR/SG). La demande émanait du Ministère public de la Confédération (MPC).

Pour Christa Markwalder, le MPC a été saisi de plaintes de particuliers qui reprochent à la Bernoise une kyrielle de délits présumés, dont la violation du secret de fonction, ou le service de renseignements politiques au profit d'un Etat étranger.

La plainte contre Walter Müller émane de la Jeunesse socialiste et concerne sa participation en mai 2014 à un voyage organisé par l'agence de relations publiques Burson-Marsteller au Kazakhstan. Entretemps, le St-Gallois a promis qu'il allait payer rétroactivement ce déplacement de sa poche.

Interpellation rédigée par une agence

En juin 2013, Christa Markwalder a déposé une intervention parlementaire sur les relations entre la Suisse et le Kazakhstan. Elle y posait diverses questions au Conseil fédéral sur la poursuite des contacts entre la Confédération et ce pays au régime autoritaire.

Or l'intervention a été rédigée par une agence de relations publiques active en Suisse, Burson-Marsteller, mandatée par le parti kazakh Ak-Jol. Cette formation politique se décrit comme faisant partie de l'opposition, alors qu'elle serait proche du pouvoir.

Christa Markwalder a avoué avoir transmis des informations de la commission de politique extérieure du Conseil national à la lobbyiste qui les aurait passées à son mandant kazakh. L'affaire a fait grand bruit et les instances parlementaires ont été appelées à trancher.

ATS