Toute l'actu en bref

"Je ne suis pas inquiet ! Nous serons meilleurs à Genève parce que tous mes joueurs vont se battre pour jouer cette finale." Christian Constantin en est sûr: on verra un grand FC Sion le 25 mai.

"C'est pourquoi aucun d'entre eux ne baissera la garde, poursuit le président. Déjà dimanche à Lugano, je leur demanderai de faire le job pour assurer cette troisième place au classement. Il faut "sécuriser" notre qualification pour la phase de poules de la prochaine Europa League. Or, la troisième place nous la garantira si nous devions par malheur perdre cette finale du 25 mai." Mais cette finale de Genève justement, Christian Constantin n'est pas parti pour la perdre. "Si nous devons en perdre une, il vaut mieux perdre la prochaine que celle du 25 mai", glisse-t-il malicieusement.

Le président sait que les Bâlois auront à coeur de prendre la revanche sur leur défaite de 2015 au Parc Saint-Jacques. "Cette finale, cela sera le sommet de la saison", salive le président qui a tenu, bien sûr, à louer la performance de son gardien Anton Mitryushkin. "Anton a réussi deux parades fantastiques lors de la séance des tirs au but, lâche-t-il. Rien n'était facile pour lui après l'échec de Salatic. Il nous sort vraiment deux grands arrêts. Je veux ajouter aussi que cette séance s'est finalement bien passée pour nous, même si Salatic aurait peut-être pu faire mieux... Mais aller aux penalties, c'est jouer avec le feu."

Selon le président, son entraîneur s'est très vite résigné à cette issue. "Peter Zeidler a voulu conserver son organisation. Après 70 minutes de jeu, il était clair dans son esprit qu'il voulait aller jusqu'à cette séance des tirs au but, explique le président. L'expulsion de Christian Schneuwly a toutefois ouvert le jeu sur la fin de match. Nous avons alors tenté d'exploiter notre supériorité numérique pour forcer la décision avant les tirs au but."

Le président reconnaît enfin que cette demi-finale ne fut pas vraiment le match de l'année. "Nous avons assisté à un match fermé, sans beaucoup d'occasions. D'entrée de jeu, les Lucernois ont mordu dans les duels, notamment sur Carlitos, poursuit-il. C'était vraiment "compliqué" pour nous..."

ATS

 Toute l'actu en bref