Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Christian Levrat souhaite mener le PS jusqu'aux prochaines élections fédérales (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN

(sda-ats)

Christian Levrat restera à la tête du Parti socialiste jusqu'en 2019, a-t-il annoncé mardi devant la presse. Face à une droite conservatrice plus forte au Parlement, le président "se réjouit des combats à mener". La structure du parti sera revue à cette fin.

Le conseiller aux Etats fribourgeois de 45 ans a déclaré se mettre à disposition pour un nouveau mandat. Un Congrès du parti planifié en décembre tranchera.

A l'exception du président des Jeunesses socialistes Fabian Molina, tous les membres de la présidence seront candidats à une réélection, a déclaré Christian Levrat. Il s'agit de la conseillère aux Etats vaudoise Géraldine Savary, du président de groupe Roger Nordmann (VD) et des conseillers nationaux Beat Jans (BS), Barbara Gysi (SG) et Marina Carobbio (TI). L'équipe souhaite conduire le parti jusqu'aux prochaines élections fédérales de 2019.

Ligne claire, conflits brutaux

Elles se joueront sur le bilan de la droite sur l'actuelle législature ainsi que sur "notre capacité à défendre l'intérêt du plus grand nombre", a remarqué Christian Levrat. "Nous défendrons une ligne politique plus dure, mais aussi plus claire", a ajouté le président du PS.

Il se dit "motivé" par les affrontements à venir, des affrontements plus brutaux, les masques étant tombés. Et le PS de critiquer le PDC et le PLR, devenus des "satellites" de l'UDC. "Les nouvelles directions du PDC et du PLR ne semblent pas pouvoir ou vouloir empêcher un rapprochement avec l'UDC", a déploré Géraldine Savary.

La Suisse perd en stabilité lorsqu'un parti minoritaire est exclu, a-t-elle averti. Le PS voit cependant matière à compromis avec le PDC et le PLR sur les bilatérales et la politique de l'asile.

Nouveaux membres

Dans cette optique, le parti va revoir sa structure interne. Les délégués se pencheront sur cette réforme lors du Congrès en décembre, a précisé Christian Levrat. La mobilisation des membres du PS devrait être renforcée grâce à une plus grande utilisation de votations générales au sein du parti.

Il compte également intensifier le recrutement de nouveaux membres. La campagne téléphonique menée lors des élections fédérales a été un succès: 1000 nouveaux adhérents ont été enregistrés, stoppant la tendance à la baisse des dernières années. Pour Christian Levrat, cet intérêt s'explique aussi par le changement de climat politique.

Finalement, le budget sera remanié de manière à dégager plus de moyens pour les campagnes nationales. Les socialistes ont déjà annoncé le lancement de deux référendums, contre la réforme de l'imposition des entreprises (RIE III) et la libéralisation des heures d'ouverture des magasins.

Pour un congé paternité

Le politicien fribourgeois a également annoncé que le PS soutiendra "certainement" l'initiative populaire en faveur d'un congé paternité promise par Travail.Suisse. Le Conseil national a enterré une initiative parlementaire en ce sens de Martin Candinas (PDC/GR) en avril.

Christian Levrat a été élu président du PS le 1er mars 2008. Il était le seul candidat en lice pour succéder au Schaffhousois Hans-Jürg Fehr. Le Fribourgeois est parmi les présidents des grands partis celui en poste depuis le plus longtemps. Les présidences de l'UDC, du PDC et du PLR viennent en effet d'être renouvelées avec respectivement Albert Rösti (BE), Gerhard Pfister (ZG) et Petra Gössi (SZ).

ATS