Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, aimerait que les Etats membres envoient plus de femmes pour les représenter au sein de cette institution. Le FMI compte en effet vingt-trois hommes et une seule femme, Meg Lundsager, qui représente les Etats-Unis.

"Mon conseil d'administration n'a pas l'air terrible en termes de représentation féminine", a déclaré Mme Lagarde dans un entretien publié vendredi par le "Financial Times Magazine", qui consacre un numéro aux "femmes de 2011".

Mme Lagarde rappelle parfois que quand elle est venue au FMI en juin défendre sa candidature, elle avait face à elle 24 hommes pour l'interroger lors de son "grand oral". Mme Lundsager était absente ce jour-là.

En revanche, a souligné la directrice générale, en haut de l'échelle des fonctionnaires internationaux du FMI, les femmes sont mieux représentées.

"Les conseils d'administration peuvent être très trompeurs. On voit beaucoup d'entreprises aujourd'hui qui ont quelques femmes au conseil d'administration, mais où l'encadrement supérieur est très masculin", a-t-elle relevé.

Le FMI a fait de nets progrès ces dernières années pour recruter et promouvoir plus de femmes. Elles représentaient 21,5% des fonctionnaires catégorie B (la catégorie supérieure) au 31 décembre 2010, contre 15,6% quatre ans auparavant.

ATS