Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Christophe Darbellay a ouvert sa dernière assemblée des délégués comme président du PDC, samedi. Dans un discours léger et plein d'humour, il a rendu hommage à ses homologues présidents de partis suisses, ses proches du PDC et à la conseillère fédérale Doris Leuthard.

Le Valaisan a commencé par remercier les 370 délégués et au total 450 personnes qui ont fait le déplacement à Winterthour (ZH) pour assister à l'assemblée. "Du jamais vu", a-t-il souligné. "Je ne sais pas si vous vous réjouissez de mon départ ou de l'arrivée de mon successeur", a-t-il lancé, suscitant les rires de l'assistance.

Au travers d'anecdotes- impliquant plus d'une fois de bonnes bouteilles de vin - le président sortant a illustré les bonnes relations qu'il a eues avec ses homologues, mais aussi avec son équipe du secrétariat du PDC et la conseillère fédérale démocrate-chrétienne Doris Leuthard.

Parti "équilibré"

Tirant le bilan de ses dix années à la tête du PDC, M. Darbellay s'est félicité d'avoir pu rajeunir et féminiser le parti. Il a appelé à continuer le combat.

"Comment poursuivre la relation Suisse-UE? Comment sortir de la crise de l'asile? Le PDC est nécessaire pour trouver des solutions à ces problèmes", car le PDC propose des solutions équilibrées, contrairement aux partis pour lesquels tout est soit noir soit blanc.

"Nous sommes un parti bourgeois qui s'intéresse aussi aux intérêts des gens, qui cela soit socialement ou au niveau de l'environnement", a-t-il ajouté. Le discours a valu au président sortant une "standing ovation" de l'assemblée.

ATS