Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'entreprise pharmaceutique Cilag prévoit de supprimer 120 emplois sur les quelque 1100 qu'elle compte à Schaffhouse. La filiale du géant américain Johnson & Johnson projette de fortement réduire la production des principes actifs sur son site schaffhousois dès 2015.

Cilag justifie la mesure par la pression grandissante sur les marges, notamment pour les médicaments génériques. Au cours des dernières années, l'entreprise a dû faire face à un repli constant de sa rentabilité dans la production de principes actifs (unité comptant 160 emplois). Elle entend désormais se concentrer sur des produits et des technologies plus rentables.

De plus, la maison mère Johnson & Johnson affiche depuis longtemps des surcapacités dans la production de principes actifs, explique la société. Les employés ont été informés de la mesure dans l'après-midi. Selon le patron de Cilag Pete Federico, cité dans le communiqué, la compétitivité du site est menacée.

Plan social promis

Cilag, qui dit avoir informé les autorités cantonales de son projet, espère pouvoir réduire l'impact de la réduction d'effectifs à la faveur des fluctuations naturelles et des mutations au sein de l'entreprise. Les contrats des employés temporaires ne seront quant à eux pas renouvelés.

La société entend conserver le site de Schaffhouse. Les mesures prévues par Cilag font l'objet d'une procédure de consultation avec les partenaires sociaux. La direction promet de mettre en oeuvre un plan social pour les collaborateurs touchés par la réduction d'effectifs.

Le syndicat Unia exige pour sa part une totale transparence de la direction dans le cadre de la procédure de consultation, pour pouvoir réduire ces coupes et éviter tout licenciement.

ATS