Toute l'actu en bref

Les migrants se trouvaient à bord de quatre canots pneumatiques et ont été secourus par deux vedettes des gardes-côtes, un navire de la marine militaire italienne, le Bettica, un navire marchand et l'Aquarius, le navire de l'ONG SOS Méditerranée (archives).

KEYSTONE/AP/FRANCESCO MALAVOLTA

(sda-ats)

Environ 550 personnes ont été secourues dans la journée de vendredi au cours de plusieurs opérations en Méditerranée. Les corps de deux victimes ont également été récupérés, ont annoncé les gardes-côtes italiens.

"Environ 550 migrants ont été secourus jusqu'à présent dans la zone de la Méditerranée centrale au cours de quatre opérations de secours coordonnées par les gardes-côtes", indique un communiqué.

Les migrants se trouvaient à bord de quatre canots pneumatiques et ont été secourus par deux vedettes des gardes-côtes, un navire de la marine militaire italienne, le Bettica, un navire marchand et l'Aquarius, le navire de l'ONG SOS Méditerranée.

C'est cette ONG qui a trouvé deux corps sans vie sur un canot pneumatique lors d'une opération qui a permis de secourir 193 personnes, a annoncé SOS Méditerranée dans un tweet.

Selon les gardes-côtes italiens, "d'autres opérations sont en cours à l'heure actuelle" en dépit des conditions météo et de mer "difficiles".

Davantage de jeunes filles

Par ailleurs, l'Unicef a annoncé vendredi que le nombre d'enfants seuls arrivés en Italie après avoir traversé la Méditerranée sur des embarcations de fortune a plus que doublé en 2016 par rapport à l'année précédente. Environ 25'800 enfants seuls ont ainsi été enregistrés par les autorités italiennes, venant pour la plupart d'Érythrée, d'Egypte, de Gambie et du Nigeria.

Si la majorité de cette catégorie de migrants sont des adolescents, l'Unicef note une augmentation du nombre de jeunes filles qui entreprennent cette aventure. L'agence onusienne souligne que ces dernières sont vulnérables et risquent d'être victimes d'exploitation sexuelle.

"Ces chiffres montrent une tendance alarmante à une hausse du nombre d'enfants hautement vulnérables qui risquent leur vie pour venir en Europe", explique Lucio Melandri, chargé des situations d'urgence à l'Unicef. "Les systèmes actuels ne permettent pas de protéger ces enfants qui se retrouvent seuls dans un environnement totalement étranger", ajoute-t-il, plaidant pour une réponse européenne coordonnée pour assurer leur protection.

L'an passé, 181'000 migrants ont accosté sur les côtes italiennes après avoir traversé la Méditerranée, ce qui constituait un nombre record.

ATS

 Toute l'actu en bref