Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Washington - Cinq anciens responsables de l'entreprise de sécurité privée Blackwater (qui s'appelle maintenant Xe) ont été inculpés vendredi par un jury fédéral américain. Ils sont accusés de possession illégale d'armes, permis de port d'armes falsifiés et tentative d'obstruction à la justice.
Selon l'acte d'inculpation, dont l'AFP s'est procuré une copie, entre janvier 2003 et novembre 2009, les cinq responsables ont mis en place diverses stratégies pour "prendre l'avantage sur leurs concurrents dans le secteur des contrats de sécurité et de continuer à tirer profit des contrats passés auprès du gouvernement américain".
Devenu Xe, la société Blackwater a été impliquée dans de multiples scandales en Irak et en Afghanistan, où elle assurait des missions pour le gouvernement fédéral, qui en ont fait la société de sécurité privée la plus controversée au monde.
Parmi les stratégies mises en oeuvre, elle a, selon l'acte d'inculpation, transformé des armes sans autorisation et utilisé le bureau d'un shérif pour acquérir, grâce à des autorisations d'achat en blanc, 34 fusils automatiques. Blackwater payait les armes mais elles étaient enregistrées comme appartenant au bureau du shérif.
Soucieuse de mener à bien un futur contrat juteux avec la Jordanie pour la construction et la gestion d'un centre d'entraînement, les inculpés ont par ailleurs offert à la délégation jordanienne venue visiter les locaux plusieurs armes, dont elle a ensuite falsifié les papiers.
Enfin, les cinq employés sont accusés d'avoir tenté de cacher leurs forfaits des autorités, en établissant des faux et en cachant les armes illégales. Les cinq prévenus risquent jusqu'à 20 ans de prison.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS