Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un programme de sauvegarde de la biodiversité des cépages traditionnels du Valais a été lancé en 1992.

KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN

(sda-ats)

Agroscope a sélectionné cinq nouveaux clones de Petite Arvine, cépage emblématique du Valais. Ils doivent servir à élaborer des vins de haute qualité.

Les cinq nouveaux clones découlent d'un processus qui a débuté en 1992. A cette date et durant deux ans, des prospections ont été menées dans des parcelles de vigne de Petite Arvine âgées d'au moins 60 à 100 ans, qui n'existent plus aujourd'hui,

"Les travaux ont permis le repérage d'une centaine de clones représentatifs de la variabilité de ce cépage", indique le centre pour la recherche agricole Agroscope, vendredi dans un communiqué.

Les clones porteurs de virus ont été écartés, les autres ont été commercialisés. Parallèlement, le domaine expérimental d'Agroscope à Leytron (VS) a étudié une vingtaine de clones sélectionnés afin d'en analyser le potentiel agronomique et oenologique.

Variabilité "exceptionnelle"

Après des années d'observation et cinq millésimes vinifiés, les chercheurs ont constaté que la Petite Arvine dispose d'une variabilité génétique "exceptionnelle, à l'instar du Pinot noir ou du Chasselas". Les différences touchent aussi bien le potentiel de production - qui peut varier de près de 35% - que la forme des grappes, leur sensibilité à la pourriture ou encore leur teneur en sucre.

Les cinq nouveaux clones sélectionnés complètent l'offre actuelle constituée d'un seul clone. "Grâce à leurs profils agronomiques et oenologiques spécifiques, ils permettront l'élaboration de vins de haute qualité répondant au mieux aux conditions particulières de chaque exploitation", assure Agroscope.

Programme de sauvegarde

La sélection de clones de Petite Arvine fait partie d'un programme de sauvegarde de la biodiversité des cépages traditionnels valaisans, porté par Agroscope, l'Office valaisan de la viticulture et la société des pépiniéristes valaisans. Il a permis de sauvegarder plus de 1400 têtes de clones de dix-sept cépages, souligne Agroscope.

ATS