Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Italien Gianni Moscon, exclu du Tour de France pour une altercation en juillet, a écopé d'une suspension de cinq semaines par la commission de discipline de l'Union cycliste internationale (UCI).

"M. Moscon a reconnu sa responsabilité pour l'incident et s'est vu imposer une période de suspension de 5 semaines à compter du 8 août et ce jusqu'au 12 septembre 2018", a précisé l'UCI.

L'incident était survenu peu après le départ de la 15e étape du Tour, à Millau (Aveyron). Moscon s'en était pris au coureur français Elie Gesbert et avait été exclu par le jury des commissaires après l'arrivée à Carcassonne.

"J'accepte la suspension qui m'a été accordée par l'UCI. J'ai réagi dans le feu de l'action et je n'ai jamais eu l'intention de frapper le coureur. Comme le montre la vidéo, je n'ai pas pris contact, mais je regrette mes actions et j'ai déjà présenté mes excuses à Elie Gesbert et au Team Fortuneo Samsic pour cet incident", a réagi Moscon, cité par son équipe Sky.

"Cet incident s'est produit lors d'une des courses les plus difficiles auxquelles l'équipe ait jamais été confrontée", a déclaré pour sa part Dave Brailsford, directeur de l'équipe Sky.

"Nous sommes convaincus que Gianni regrette vraiment ses actions et a appris de cet épisode. (...) Gianni est encore un coureur relativement jeune, au début de sa carrière, et nous continuerons à lui apporter l'aide et le soutien dont il a besoin pour apprendre, se développer et avancer", a ajouté Brailsford.

Moscon, qui court à l'âge de 24 ans sa troisième saison dans le peloton professionnel sous les couleurs de Sky, a déjà été au centre de plusieurs incidents ou polémiques.

L'année passée, le Trentin avait été suspendu en interne par sa propre équipe, au printemps, après des insultes racistes au Tour de Romandie à l'égard du Français Kevin Reza. En fin de saison, il avait été accusé par le Suisse Sébastien Reichenbach, qui avait soutenu Reza, d'avoir provoqué sa chute dans une course en Italie (Trois Vallées Varésines). Mais il n'avait finalement pas été sanctionné par la commission de discipline de l'UCI, semble-t-il faute de preuves.

Sur le plan sportif, l'Italien s'est mis en évidence l'an passé, tant dans les classiques (5e de Paris-Roubaix, 3e de la Lombardie), que dans la Vuelta.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS