Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Conclusion du "Climate Change Performance Index 2018": aucun pays n'a pris de mesures suffisantes pour éviter les impacts dangereux du changement climatique jusqu'à présent et atteindre les objectifs de l'Accord sur le climat de Paris, négocié en décembre 2015 (photo symbolique).

KEYSTONE/EPA/FILIP SINGER

(sda-ats)

L'écart est encore trop grand entre les promesses diplomatiques et les mesures concrètement prises par les pays en matière de politique climatique. Selon une étude comparative, la Suède occupe la tête du classement et la Suisse se situe dans le premier tiers.

L'indice annuel de performance climatique de l'ONG Germanwatch et du Climate Action Network (CAN) a examiné 56 Etats, dont ceux de l'UE et la Suisse. Ensemble, ils représentent environ 90% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. L'indice a été publié en marge de la Conférence de l'ONU sur le climat de Bonn (COP23).

Et la conclusion de ce "Climate Change Performance Index 2018" est claire: aucun pays n'a pris de mesures suffisantes pour éviter les impacts dangereux du changement climatique jusqu'à présent et atteindre les objectifs de l'Accord sur le climat de Paris, négocié en décembre 2015. C'est pourquoi les trois premières places du classement mondial restent inoccupées.

Lituanie et Maroc bons élèves

C'est la Suède qui en fait le plus par rapport aux promesses tenues. Le pays scandinave occupe ainsi la quatrième place. Selon le rapport, la Suède s'engage bien dans les énergies renouvelables et dans la réduction des gaz à effet de serre.

Les deux rangs suivants sont attribués à la Lituanie, pays avec une forte expansion de l'énergie non fossile, et le Maroc, qui affiche des objectifs ambitieux de protection climatique d'ici 2030, selon l'index 2018.

L'Allemagne, pays hôte de la COP23, se place au milieu du classement. Berlin a fait de grands efforts au niveau diplomatique pour la protection du climat, mais pas pour des mesures nationales telles que la sortie du charbon, relève le rapport.

Etats-Unis "en chute libre"

A l'autre bout de la liste, les Etats-Unis, l'Australie, la Corée du Sud, l'Iran et l'Arabie saoudite comptent, eux, parmi les très mauvais élèves de l'action climatique. Les Etats-Unis de Donald Trump sont même "en chute libre", selon l'enquête.

"Les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite devraient considérablement augmenter leurs objectifs de réduction pour 2030", a déclaré Niklas Höhne, l'un des auteurs de l'étude. La Corée du Sud, l'Iran et l'Arabie Saoudite ont montré "peu de progrès ou de volonté" dans leurs efforts pour réduire les gaz à effet de serre.

Efforts suisses insuffisants

La Suisse se classe au 12e rang, soit une position similaire à celle des années précédentes. "Cette place ne s'explique pas par le fait que la politique climatique suisse soit bonne, mais par le fait que celle de la plupart des autres pays soit si faible, estime Patrick Hofstetter de WWF Suisse, cité dans un communiqué.

S'agissant des objectifs climatiques pour 2030, les efforts de la Suisse sont "clairement insuffisants", selon lui. La plupart des 56 Etats ont obtenu de meilleurs résultats. La Suisse devrait au moins doubler ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre si elle veut présenter une politique climatique dans le sens de l'Accord de Paris, souligne WWF Suisse.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS