Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'avocat Jacques Barillon (à droite) parle aux journalistes, à côté d'Antoine (à gauche) et Evelyne Schluchter (au centre), les parents de Marie, après le jugement dans le procès en appel de Claude D. vendredi devant le Tribunal cantonal à Lausanne.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Claude D. est à nouveau condamné à la prison à perpétuité et à l'internement à vie. La Cour d'appel vaudoise a confirmé vendredi sur toute la ligne le jugement de première instance. Le récidiviste de 40 ans avait tué Marie, 19 ans, en mai 2013 près de Payerne (VD).

A l'instar des juges de Renens (VD) en mars, les trois magistrats de seconde instance ont infligé la sanction la plus lourde: la peine de réclusion à perpétuité et la mesure de l'internement à vie. Ils ont suivi le réquisitoire du procureur général Eric Cottier et la volonté de la famille de la victime.

Qualifié de tueur en série et de criminel ultime à Renens, Claude D., qui était absent à l'audience vendredi, n'a pas réussi à renverser l'opinion de la justice. La Cour d'appel du Tribunal cantonal a confirmé l'enjeu principal, à savoir l'internement à vie.

Experts concordants

Les juges ont estimé que les deux experts qui ont examiné Claude D. s'accordent sur un risque très élevé de récidive. L'accusé est considéré comme durablement non amendable. A l'heure actuelle, il n'existe aucun traitement pour soigner son trouble grave.

Même si l'un des deux spécialistes répugne à se prononcer sur le long terme, son pronostic actuel est tellement défavorable qu'il ne peut imaginer qu'il devienne un jour favorable. Pour les deux spécialistes, "Claude D. représente un risque durable pour la sécurité publique", a dit la présidente.

Un assassinat

La Cour a confirmé l'assassinat, et écarté la condamnation pour meurtre que réclamait la défense. Claude D. n'a pas supporté que Marie le rejette, qu'elle "échappe à son emprise". "Il savait qu'il allait la tuer, l'acte final a bel et bien été planifié".

Il a étranglé Marie avec une ceinture au terme d'un "huis clos épouvantable" après l'avait maintenue "pendant des heures dans la terreur". "On peut difficilement imaginer une situation plus épouvantable pour une victime", a déclaré la présidente. "Il a cherché à la faire souffrir longuement et intensément".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS