Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les représentants de 195 pays chargés de négocier un pacte universel contre le réchauffement climatique ont travaillé une grande partie de la nuit. Ils se préparaient à une longue journée jeudi, à 36 heures de la clôture officielle de la conférence climat de l'ONU.

"On avance bien. On y a passé toute la nuit encore", a dit jeudi matin le président de la COP21 et ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius. "Dans l'après-midi, je proposerai un nouveau texte qui tient compte de tout ce qui m'a été dit. Et j'espère, j'espère que demain (vendredi) on aura terminé", a-t-il ajouté.

Un nouveau projet d'accord doit être présenté à 15h00, "avant-dernier texte" avant celui du pacte final, a souhaité mercredi M. Fabius, qui vise une adoption finale d'ici vendredi à 18h00.

Les délégations ont encore du travail pour tenter de rapprocher leurs vues sur le partage des efforts en matière d'actions et financements climatiques. Selon un sentiment général, l'atmosphère était à la "coopération".

Mécontentement

Au cours d'une session plénière qui a duré jusque très tard mercredi soir, les mécontentements se sont exprimés. La fracture entre pays développés et en développement, installée depuis plus de 20 ans dans les négociations climatiques, a vite ressurgi.

"Votre texte est peut-être équilibré: tout le monde est mécontent !", a lancé le négociateur malaisien, Gurdial Singh Nijar, à M. Fabius, qui avait remis plus tôt dans la journée un projet d'accord aux 195 pays présents au Bourget.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS