Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les négociateurs de la conférence sur le climat de Paris planchaient vendredi sur une nouvelle version du projet d'accord, à la veille de remettre leur copie à la présidence de la COP21. Le texte comprend encore de très nombreuses options à trancher.

Deux nouveaux documents ont été mis sur la table vendredi matin, une version de 46 pages résumant les travaux menés par les négociateurs depuis mardi, et un second projet un peu plus concis, de 38 pages, rédigé à partir de nouvelles propositions de compromis.

"Le premier texte continue à être d'une complexité importante. Le deuxième, avec les compromis, comprend beaucoup moins d'options" et pourrait constituer une base de travail "plus facile" s'il était accepté par les 195 pays participant aux négociations, a estimé le porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin.

Appel au compromis

La conférence du Bourget a pour objectif d'aboutir le 11 décembre à un accord universel limitant le réchauffement de la planète. Les négociateurs doivent présenter d'ici samedi midi au président de la conférence, Laurent Fabius, un projet d'accord le plus lisible possible, avec un maximum d'options tranchées, avant que les ministres ne prennent le relais à compter de lundi.

"Le temps est maintenant venu de faire des compromis", a déclaré l'Algérien Ahmed Djoghlaf, l'un des coprésidents des discussions, à la reprise des réunions vendredi matin.

"Nous avons maintenant moins de 24 heures (...). Cela va être un défi, mais je ne doute pas que nous allons arriver à présenter demain un texte dont nous serons fiers", a-t-il ajouté.

Eloge du "désintérêt"

De son côté, François Hollande a fait l'éloge du "désintérêt" en politique, en recevant quelque 700 maires du monde entier à l'Hôtel de ville de Paris. En décidant de lutter contre le réchauffement climatique, "nous allons agir pour une période que nous ne vivrons pas", a-t-il rappelé.

"Ce qu'il y a de plus noble dans la politique c'est le désintérêt, c'est la volonté de transmettre, c'est l'idée qu'il y a une humanité", a poursuivi François Hollande.

"Si nous ne sommes pas forcément jugés pour aujourd'hui, je vous l'assure, nous serons jugés pour demain si nous avons réussi et encore davantage et si nous avons échoué. Mais nous allons, j'en suis sûr, en vous voyant, réussir", a-t-il conclu.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS