Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouvernement néerlandais va faire appel d'un jugement qui lui enjoint de réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays de 25% d'ici à 2020. Les Pays-Bas sont à la traîne parmi les Etats développés dans la lutte contre le réchauffement.

"À cause des conséquences pour la politique climatique et étant donné qu'on ne peut exclure que le jugement aura des conséquences dans d'autres domaines, il est souhaitable qu'une cour d'appel examine ce jugement" d'un tribunal de La Haye, a écrit la secrétaire d'État à l'Environnement, Wilma Mansveld, dans une lettre transmise mardi au Parlement.

Le gouvernement a néanmoins commencé à appliquer le jugement afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, a indiqué la secrétaire d'État.

Pour 40% de réduction d'ici à 2020

Quelque 900 Néerlandais avaient entamé une action en justice en avril contre leur gouvernement avec l'aide de l'ONG Urgenda, active dans la défense de l'environnement. Ils demandaient que La Haye prenne des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre aux Pays-Bas de 40% d'ici à 2020, par rapport aux niveaux de 1990.

Le juge leur avait donné partiellement raison en demandant au gouvernement de "faire plus" pour contrôler les émissions de gaz à effet de serre. Le pays a réduit ses dépenses en faveur des énergies vertes au cours de la crise financière et sa consommation de charbon a atteint un record au cours des cinq premiers mois de l'année.

La politique menée par l'actuel gouvernement devrait permettre de parvenir à une réduction de l'ordre de 17% au mieux en 2020. Soit en-dessous des objectifs, compris entre 25 et 40%, fixés pour les pays développés, rappelle le jugement.

Le jugement pourrait faire jurisprudence

Historique, le jugement de La Haye pourrait servir de référence à de nombreux militants aux Pays-Bas et à travers le monde.

Pour Greenpeace, la décision du gouvernement est "un combat rétrograde" : "il est suspect d'appeler les gouvernements des autres pays à réduire leurs émissions alors que les Pays-Bas eux-mêmes n'agissent pas", a souligné l'ONG.

Les représentants de 195 pays sont attendus du 30 novembre au 11 décembre à Paris pour négocier un accord mondial visant à freiner le réchauffement de la planète. La communauté internationale s'est fixée pour objectif de limiter à 2°C la hausse des températures mondiales par rapport à l'ère préindustrielle.

Aujourd'hui, 56 pays, représentant environ 60% des émissions de gaz à effet de serre, ont publié leurs engagements sur les 195 qui doivent le faire.

ATS