Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Vivre en EMS coûte en moyenne 8700 francs par mois. Au total, les coûts de ces établissements sont presque cinq fois plus élevés que ceux des services d'aide et de soins à domicile (SASD), selon les calculs de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Les coûts des établissements médico-sociaux (EMS) se sont élevés à 9,5 milliards de francs en 2014, alors que ceux des SASD ont atteint deux milliards, selon un communiqué diffusé jeudi par l'OFS.

Le personnel soignant est évidemment bien plus présent dans les EMS. En comparaison, les personnes en EMS ont reçu 110 minutes de soins journaliers, contre neuf minutes pour celles soignées à domicile. Le nombre des 80 ans et plus bénéficiant de soins à domicile a augmenté moins fortement (+1,4%) que le total d'heures de soins dispensés (+6,7%), signe probable que les SASD rencontrent "des cas plus complexes", estime l'OFS.

Au total, 268'715 personnes ont bénéficié de prestation de soins ou d'aide à domicile en 2014. Elles sont quasiment la moitié moins dans les EMS (144'657). En chiffres relatifs, 57% des 80 ans et plus recourent aux EMS ou aux SASD. Ils représentent la moitié de la clientèle des SASD et les deux tiers de celles des EMS.

Genève et Neuchâtel pas encore saturés

Par ailleurs, les statistiques de l'aide et des soins à domicile et celles des institutions médico-sociales font ressortir que le taux d'occupation des EMS dans certains cantons romands est supérieur à 98,3%. Seuls Genève et Neuchâtel ne sont pas proches de la saturation, alors que la moyenne suisse s'établit à 94,6%.

Enfin, l’emploi dans les EMS a crû de 2,5% en 2014 pour atteindre 89'316 postes équivalents plein temps. Celui des SASD a connu une croissance plus marquée (+4,5%) et s’est établi à 18'782 postes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS