Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les familles des victimes affluaient en larmes aux funérailles des victimes de l'attentat qui a fait 26 morts à Lahore lundi.

KEYSTONE/AP/K.M. CHAUDARY

(sda-ats)

La colère grondait mardi dans la ville pakistanaise de Lahore. La ville a été frappée la veille par un sanglant attentat-suicide au cours duquel 26 personnes ont péri.

Les familles des victimes affluaient mardi matin en larmes aux funérailles des victimes, portant des couronnes mortuaires. Le chef du gouvernement provincial du Pendjab, Shahbaz Sharif, s'est lui rendu à l'hôpital au chevet des blessés.

Beaucoup de proches des victimes ont laissé éclater leur fureur après ce nouvel attentat. "Nous exigeons du gouvernement pakistanais que soient pendus en public les auteurs et ceux impliqués dans cette attaque", a déclaré l'oncle d'un policier tué dans l'explosion, survenue sur un marché aux légumes, un site très fréquenté du sud de la ville.

Nombre des victimes sont des policiers qui avaient été dépêchés sur le marché pour en chasser des vendeurs à la sauvette. Mardi, des experts de la police scientifique étaient présents sur le site pour y chercher des preuves, a constaté l'AFP. Les talibans pakistanais ont revendiqué l'attentat, commis selon eux par un kamikaze à l'aide d'une moto piégée et visant la police.

Lahore, capitale culturelle du Pakistan, forte d'environ 6 millions d'habitants a souvent été le théâtre de sanglantes attaques insurgées dans le passé. Elles se sont toutefois raréfiées ces dernières années, tandis que la situation sécuritaire au Pakistan s'est globalement améliorée.

ATS