Toute l'actu en bref

Le destroyer USS Fitzgerald opérait à 56 milles nautiques de Yokohama lors de l'accident (archives).

KEYSTONE/AP US Navy/MASS COMMUNICATION SPECIALIST 3RD CLASS KELLY

(sda-ats)

Les garde-côtes japonais et la marine américaine recherchaient toujours samedi soir tard sept marins américains. Ils sont portés disparus après une collision dans la nuit entre leur destroyer et un navire marchand philippin.

Des avions, hélicoptères et bateaux sillonnaient la zone au large de la côte pacifique du Japon à la recherche des hommes manquant toujours une vingtaine d'heures après le choc qui a fortement endommagé l'USS Fitzgerald et fait plusieurs blessés parmi lesquels le capitaine Bryce Benson.

Le bâtiment militaire largement enfoncé côté tribord s'est déplacé péniblement tout au long de la journée, piloté par des remorqueurs, pour arriver en fin d'après-midi à Yokosuka, dans la baie de Tokyo, environ 16 heures après l'accident.

"Les opérations de recherche et de secours menées par des avions, hélicoptères et navires américains et japonais dans l'espoir de retrouver les sept membres d'équipage de l'USS Fitzgerald toujours manquants continuent", a déclaré la marine américaine samedi soir, ajoutant que leurs noms ne seraient pas divulgués tant que les familles n'auraient pas été informées.

Plongeurs à l'oeuvre

Cette quête exige aussi une fouille systématique du bâtiment lui-même.

"Bien qu'il soit de retour à Yokosuka, nous ne savons pas encore combien de temps il faudra pour accéder aux différents espaces afin de continuer méthodiquement la recherche des disparus", a expliqué la 7e Flotte dans un communiqué diffusé dans la soirée, précisant que des plongeurs avaient immédiatement commencé à inspecter les dommages et à élaborer un plan de réparation et d'exploration des différentes parties du bateau.

L'accident entre le bâtiment de guerre de 154 mètres de long et et l'ACX Crystal, 222 mètres et beaucoup plus massif, est survenu vers 02h30 locales (19h30 en Suisse vendredi), au large de la péninsule d'Izu, située au sud-ouest de Tokyo.

Causes inconnues

Le trafic maritime est très dense dans cette région proche des grands ports à conteneurs de Yokohama et Tokyo. "Il y a eu dans cette zone des accidents par le passé", a déclaré le responsable des garde-côtes Yutaka Saito à la chaîne de télévision publique NHK.

Les causes de la collision n'avaient toujours pas pu être déterminées samedi soir. Selon la NHK, le porte-conteneurs avait effectué un brusque virage aux environs de l'heure où l'accident s'est produit. Son capitaine a donné une autre version des événements. "Nous naviguions dans la même direction que le destroyer américain et sommes entrés en collision", a-t-il déclaré à l'agence de presse japonaise Jiji.

Dégâts considérables

Les garde-côtes japonais, qui mènent l'enquête, ont dit avoir dépêché une demi-douzaine de bateaux, plusieurs avions et hélicoptères et une équipe de secours dans la zone. Ils ont été plus tard rejoints par les forces d'autodéfense du pays. Côté américain, le destroyer USS Dewey (DDG 105), de l'aide médicale et deux remorqueurs ont été envoyés.

ATS

 Toute l'actu en bref