Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Douze membres des forces de l'ordre ont été tués et trois autres blessés lundi lors d'une attaque de la guérilla de l'ELN en Colombie, a annoncé le président Juan Manuel Santos. Ces unités gardaient les bulletins de vote des élections régionales de la veille.

"Alors que nous avons eu une journée électorale pacifique, la plus tranquille de ces derniers temps, l'ELN a tué aujourd'hui à Güicán, dans le Boyaca (est), 11 soldats de notre armée de terre et un policier", a déclaré lundi le chef de l'Etat lors d'une intervention télévisée depuis le palais présidentiel Casa de Nariño, à Bogota.

Le ministre de la Défense, Luis Carlos Villegas, a ensuite ajouté que trois militaires avaient été blessés, et que six personnes étaient portées disparues, dont trois membres des forces de l'ordre, deux agents électoraux et un guide indigène.

L'attaque a été menée à coups d'explosifs dans le hameau indigène de Bachira, sur la commune de Güican.

"Cela démontre que l'ELN n'a pas compris que nous sommes dans un temps de paix, et non de guerre", a estimé le président Santos, dont le gouvernement a entamé en janvier 2014 des "dialogues préparatoires" à des négociations de paix avec l'Armée de libération nationale (guévariste), seconde guérilla du pays avec quelque 2500 hommes.

Tensions ravivées

"Si l'ELN pense qu'avec de tels actes, elle va gagner un espace politique ou se renforcer dans la perspective d'une éventuelle négociation, elle se trompe complètement. C'est exactement le contraire. J'ai ordonné au ministre de la Défense de redoubler d'efforts, d'intensifier ses actions militaires contre cette organisation", a souligné le chef de l'Etat.

Le gouvernement mène par ailleurs depuis novembre 2012 des pourparlers avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), première guérilla du pays avec quelque 7000 combattants. Les deux parties se sont engagées, en septembre, à signer un accord de paix définitif avant le 23 mars 2016.

Dimanche, quelque 34 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes afin de désigner, pour un mandat de quatre ans, les gouverneurs et députés des 32 départements du pays, ainsi que les maires et conseillers des 1102 communes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS