Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Onze guérilleros et sept militaires sont morts lundi en Colombie dans deux attaques distinctes, rapporte le ministère de la défense colombien. Ce regain de violences survient à moins de trois semaines d'élections municipales et régionales.

L'armée de l'air a bombardé un camp des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) dans la province de Norte de Santander (nord-est), frontalière du Venezuela. Une source policière a indiqué que 80 guérilleros se trouvaient dans ce campement.

Les Farc ont de leur côté attaqué à l'explosif un convoi de l'armée à Caloto, dans le sud-ouest. La région de Cauca, où est située la municipalité de Caloto, est une région disputée et stratégique pour la production et le trafic de cocaïne, où les Farc sont particulièrement présentes.

37 candidats aux élections tués

Les élections doivent avoir lieu le 30 octobre prochain. Plus de 100'000 candidats doivent se présenter à travers le pays et 37 candidats ont été tués lors d'actes de violence sans rapport entre eux, selon les autorités.

Traditionnellement, la guérilla intensifie ses attaques avant les élections pour s'assurer une meilleure protection militaire et politique. De son côté, l'armée multiplie également ses opérations pour tenter de limiter les actions des rebelles.

La Colombie, pays de 46 millions d'habitants, connaît un conflit armé qui dure depuis près de cinquante ans et qui a fait des dizaines de milliers de victimes. Les Farc disposent de quelque 8000 combattants.

ATS