Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les opérations militaires ont été "suspendues" mercredi dans la région du sud de la Colombie où a été capturé samedi le journaliste français Roméo Langlois. Il s'agit de "favoriser" sa libération par les Farc, a annoncé le général Javier Rey, commandant de l'armée de l'air

Afin de retrouver la trace du journaliste, âgé de 35 ans, l'armée effectuait notamment des survols réguliers dans cette région, située à la lisière de la forêt amazonienne. Le journaliste a disparu pendant qu'il accompagnait une brigade chargée de la lutte contre la drogue prise à partie par la guérilla marxiste des Farc.

La suspension des opérations militaires était intervenue de manière préventive dès le milieu de la nuit de mardi à mercredi. "Nous avons abaissé la pression sur le groupe terroriste qui a désormais totale liberté pour relâcher le journaliste", a souligné le général colombien.

Roméo Langlois blessé

La guérilla a en outre précisé que M. Langlois est "légèrement blessé à un bras et a reçu des soins médicaux", affirmant qu'il est "hors de danger", une version contestée par le général colombien.

"Dans cette forêt humide, une blessure comme celle-là peut s'infecter. Il doit être immédiatement transporté dans un poste médical", a réagi M. Rey.

ATS