Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) a mis en accusation deux Colombiens pour un trafic de 660 kilos de cocaïne via des cartons de bananes. L'organisation en question disposait d'une logistique commerciale et financière sophistiquée, selon le MPC.

Ce réseau, mis au jour fin 2005, acheminait en Suisse de la cocaïne d'Amérique du Sud cachée dans le double-fond de cartons de bananes. Plusieurs cantons et le MPC ont ouvert des enquêtes pénales. A l'heure actuelle, des jugements cantonaux ont été rendus et sont pour partie entrés en force, a indiqué jeudi le MPC.

Celui-ci estime que l'un des Colombiens occupait une position-clé au sein de l'organisation en tant que responsable des affaires en Suisse. Le second prévenu était apparemment son homme de confiance. Signalés au plan international aux fins d'arrestation, ils ont été appréhendés en Espagne et extradés en Suisse en août et en septembre 2010. Ils se trouvent depuis en détention.

Un demi-million de francs blanchi

Le MPC reproche aux prévenus d'avoir participé en 2004 et 2005 à l'importation et à la distribution de quelque 660 kilos de cocaïne en Suisse. La marchandise était acheminée de Colombie en Belgique par voie maritime avant d'être transportée par camions en Suisse, puis remise à divers destinataires en Suisse et en Italie.

Selon l'acte d'accusation, des livraisons-tests de bananes ont eu lieu en 2006 et 2007 dans le but d'importer à nouveau des quantités substantielles de cocaïne en Suisse. En outre, le MPC fait grief aux deux Colombiens d'avoir blanchi, entre 2004 et 2006, un demi-million de francs.

Dans les cantons du Tessin, de Saint-Gall et de Zurich, des personnes travaillant pour ce réseau ont déjà été condamnées à des peines de plusieurs années. Les deux Colombiens, eux, devront s'expliquer devant le Tribunal pénal fédéral à Bellinzone.

ATS