Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Etats-Unis ont exhorté le gouvernement israélien a revoir les projets de développement de colonies juives de Cisjordanie dévoilés la semaine dernière. Plusieurs capitales européennes avaient convoqué dans la journée les ambassadeurs d'Israël pour protester contre ces projets.

Au lendemain de la reconnaissance implicite à l'Onu de l'existence d'un Etat palestinien, le gouvernement israélien a confirmé vendredi l'existence de projets prévoyant la construction de 3000 logements en Cisjordanie, notamment dans un secteur baptisé E1 et jugé particulièrement sensible, entre Maalé Adoumim et Jérusalem.

"Nous avons fait savoir clairement au gouvernement israélien qu'un tel acte était contraire à la position des Etats-Unis, qui sont opposés aux initiatives unilatérales, y compris concernant l'activité dans les implantations et la construction de logements à Jérusalem Est", a déclaré un porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

"Nous exhortons les dirigeants israéliens à reconsidérer ces décisions unilatérales et à faire preuve de retenue, dans la mesure où ces actes sont contre-productifs et compliquent la reprise des négociations directes en vue d'une solution à deux Etats", a-t-il également poursuivi.

Changement de ton

Le ton adopté lundi tranche brutalement avec la solidarité affichée lors de l'offensive israélienne de la fin novembre dans la bande de Gaza et après la reconnaissance implicite de l'existence d'un Etat palestinien à l'ONU.

Les ambassadeurs israéliens à Paris, Londres, Stockholm, Copenhague et Madrid ont également été convoqués lundi par les ministères des Affaires étrangères qui souhaitaient leur signifier leur "préoccupation" et leur "désapprobation".

Par ailleurs, le président français François Hollande a espéré que les décisions de construction ne seraient "pas appliquées". Il a toutefois rejeté "une logique de sanctions" envers l'Etat hébreu.

Selon un membre de son cabinet, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exclu de revenir sur les projets confirmés vendredi. "Israël continuera à défendre ses intérêts vitaux, même soumis à une pression internationale, et il n'y aura aucun changement dans les décisions qui ont été prises", a-t-il assuré.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS