Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Combats aux portes de Damas, près de l'aéroport

Des combats entre rebelles et forces fidèles à Bachar al-Assad se poursuivaient jeudi aux portes de Damas, restreignant l'accès à l'aéroport de la capitale et conduisant à l'annulation de vols internationaux. Pour le médiateur Lakhdar Brahimi, une "nouvelle Syrie" devrait émerger du conflit.

L'objectif de l'armée syrienne est de maintenir son contrôle sur Damas et de reprendre totalement un rayon de huit kilomètres autour, selon une source de sécurité.

Aux dires de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), proche des rebelles, l'armée a lancé dans la soirée une offensive majeure au sud-est de la capitale. Des combats, les plus violents dans la région, opposaient rebelles et soldats dans les localités de Haran al-Aouamid, al-Houjeira et Babbila, a encore précisé l'ONG. Ces éléments restent impossibles à vérifier de manière indépendante.

Dans le nord du pays, où les rebelles ont attaqué l'une des dernières bases encore aux mains de l'armée, l'aviation a mené des raids meurtriers, après avoir perdu deux appareils en moins de 24 heures, abattus pour la première fois par des missiles.

Dans ce contexte tendu aux abords de l'aéroport de Damas, plusieurs compagnies aériennes ont annoncé la suspension de vols.

Mission Brahimi

Alors que les violences ne faiblissent pas, l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe Lakhdar Brahimi a dit après avoir rencontré les 15 pays membres du Conseil de sécurité, sans mentionner nommément Bachar al-Assad: "il est très clair que le peuple syrien veut le changement, un véritable changement, pas un changement superficiel".

"La nouvelle Syrie ne ressemblera pas à la Syrie d'aujourd'hui", a-t-il ajouté. Il y aura selon lui une "évolution vers une nouvelle Syrie" et ce sont "les Syriens eux-mêmes qui décideront quel régime ils souhaitent". Enfin, sur l'urgence d'un cessez-le-feu, il a indiqué que celui-ci devrait être surveillé par une mission d'observation, évoquant "une mission de maintien de la paix".

Toujours sur le plan diplomatique, Madrid a reconnu la Coalition de l'opposition comme "le représentant légitime du peuple syrien", rejoignant ainsi Londres, Paris, Ankara et les Etats du Golfe.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.