Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les violences s'intensifiaient en Syrie mercredi, avec un raid sanglant sur Alep et une attaque rebelle contre un aéroport militaire dans l'est du pays. De son côté, le nouveau médiateur international Lakhdar Brahimi a jugé "ahurissant" le nombre de victimes dans ce pays ravagé par un an et demi de conflit.

Dans son premier discours mardi devant l'Assemblée générale de l'ONU, l'émissaire international Lakhdar Brahimi a annoncé des visites "dans les prochains jours" au Caire et à Damas. Il veut sonder la Ligue arabe et les autorités syriennes sur leurs intentions et jeter les bases de sa mission.

Pendant ce temps, les civils continuent de payer le prix fort de cette guerre qui a fait des dizaines de milliers de morts, poussé à l'exode des centaines de milliers de Syriens et dévasté le pays.

Nouvelles victimes

Encore mercredi, 90 personnes auraient péri dans le pays, dont 64 civils, selon un bilan provisoire de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dit s'appuyer sur un large réseau de militants.

Un grand nombre de ces victimes a été enregistré à Alep, deuxième ville du pays et théâtre d'une bataille stratégique entre armée et rebelles depuis six semaines. Des bombardements aériens y auraient fait au moins 32 morts, dont sept enfants, selon l'OSDH. Selon des militants, les habitants civils qui n'ont pas pu fuir plusieurs quartiers rebelles assiégés par l'armée à Alep manquent cruellement de produits de première nécessité.

Bilan "ahurissant"

"Le bilan des pertes humaines est ahurissant, les destructions atteignent des proportions catastrophiques et la souffrance de la population est immense", a lancé M. Brahimi devant l'Assemblée générale. La situation "n'a cessé de se dégrader", a-t-il dit. Il a jugé "indispensable" le "soutien de la communauté internationale", à condition "que tous les efforts aillent dans la même direction".

"L'avenir de la Syrie sera déterminé par son peuple et par personne d'autre", a dit M. Brahimi qui n'a pas voulu se prononcer sur un départ de M. Assad depuis sa nomination comme médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe pour remplacer Kofi Annan.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS