Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autocollants de rapaces ne sont pas dissuasifs et n'évitent pas les collisions des oiseaux avec les vitres, met en garde la Station ornithologique de Sempach (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Les collisions mortelles contre les vitres sont un des plus grands problèmes de protection des oiseaux. La Station ornithologique de Sempach (LU) montre où le danger menace et comment y remédier.

Normalement, les oiseaux peuvent facilement éviter les obstacles qui se trouvent dans leur environnement. Mais ils ne sont pas préparés à ceux qui sont quasi invisibles, rappelle la station jeudi dans un communiqué.

Les oiseaux morts à cause d'un choc contre une vitre se comptent par centaines de milliers en Suisse. Même si certains paraissent en sortir indemnes, une fois sur deux des lésions internes conduisent à la mort ultérieurement.

Les vitres représentent même un double danger: elles sont transparentes et l'oiseau n'en tient pas compte dans son vol. De plus, l'environnement s'y réfléchit et donne l'illusion d'un milieu parfaitement naturel.

Renoncer à nettoyer ses vitres ne suffit pas, écrit la Station ornithologique sur son site internet, et ce n'est pas dans nos habitudes. S'il faut du verre, elle recommande d'utiliser un produit qui réfléchit le moins possible. Il est également conseillé d'appliquer des marquages: les lignes clairement délimitées et fortement contrastées offrent la protection la plus efficace contre les collisions.

Autocollants "rapaces" inutiles

Les silhouettes de rapaces, qu'on voit fréquemment, sont en revanche largement inefficaces et à éviter, souligne la station. Il en va de même des autocollants noirs et droits, souvent à peine visibles.

Par ailleurs, un jardin qui n'est pas "propre en ordre" bénéficie également aux oiseaux, qui sont déjà en train de nicher dans les buissons et les arbres: il est donc préférable de repousser l'élagage.

Les pierres et les branches ne devaient pas être éliminées, mais rassemblées en tas. Ceux-ci représentent des cachettes pour de nombreux animaux, dont les oiseaux.

Enfin, la tonte régulière et complète du gazon empêche les pontes d’insectes de se développer à terme et coupe les fleurs dont le nectar nourrit les insectes. Ainsi, en été, de nombreux insectes manquent à l’appel, qui auraient à leur tour été mangés par les oiseaux.

http://vogelglas.vogelwarte.ch/fr/home

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS