Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Industrie horlogère et forte demande asiatique ont sauvé le commerce extérieur suisse l'an dernier. Après avoir bondi de 7% en 2010, les exportations ont progressé de 2,1%, à 197,6 milliards de francs.

Cette valeur demeure toutefois inférieure de neuf milliards au niveau record relevé en 2008. La croissance s'est essoufflée dans le courant de l'année, virant même au rouge au troisième trimestre.

Elle a retrouvé des couleurs ensuite à partir de septembre, mois durant lequel la Banque nationale suisse (BNS) a instauré son taux plancher de 1,20 franc pour un euro.

Réductions de prix

L'appréciation du franc a, du reste, contraint les exportateurs à de fortes réductions de prix. La plupart des branches essuient un repli. Seules quatre d'entre elles ont accru leurs ventes à l'étranger. L'industrie horlogère se place sans conteste en tête, avec un essor de 19,2%, à 19,3 milliards de francs.

Ce montant historique est d'autant plus remarquable pour l'association faîtière qu'elle est intervenue dans un contexte de vive appréciation du franc.

L'industrie métallurgique a réalisé une performance nettement plus modeste, progressant de 2,2% à 13,02 milliards de francs. Suit celle des machines et de l'électronique, avec une légère augmentation, de 1,2% à 36,9 milliards.

Envol chinois

Conséquence de la crise de la dette et de la dégradation conjoncturelle sur le Vieux Continent, la demande européenne a légèrement régressé (-0,7%). Les ventes se sont accrues avec la Belgique (+9,5%) et l'Allemagne (+5,5%), premier partenaire commercial de la Suisse. Elles ont en revanche stagné avec l'Italie.

A contrario, les livraisons en direction de l'Asie, moteur de croissance, se sont envolées d'un dixième. Elles ont grimpé de 19,2% avec la Chine et de 18,8% avec Hong Kong. Dynamisme aussi avec l'Inde (+15,2%) et Taïwan (+14,3%).

Stagnation des importations

S'agissant des importations, elles ont maintenu leur niveau de 2010 (-0,1%), à 173,7 milliards de francs. Les prix à l'entrée se sont amoindris de 2%, note l'AFD.

Au final, la balance commerciale boucle sur un nouvel excédent record de 23,8 milliards de francs.

ATS