Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le commerce extérieur de la Suisse a connu un 1er trimestre stable. Les exportations ont augmenté de 0,9% à 50,4 milliards de francs, grâce à la bonne santé de trois branches, dont l'horlogerie qui a inscrit un neuvième trimestre consécutif de croissance à deux chiffres.

Les importations ont enregistré une légère contraction de 0,6% par rapport à la même période de l'an passé à 44,5 milliards de francs, a indiqué mardi l'Administration fédérale des douanes (AFD). Au final, le commerce extérieur boucle avec un excédent de 5,85 milliards, contre 5,15 milliards au 1er trimestre 2011.

Sur le seul mois de mars, les exportations ont en revanche diminué de 3,3% pour s'inscrire à 17,5 milliards de francs. Quant aux importations, elles présentent un recul plus marqué de 8% à 15,8 milliards.

Horlogerie en verve

Sur le premier trimestre, l'horlogerie crève à nouveau l'écran avec un bond de ses exportations de 17% à 4,6 milliards de francs. Derrière, l'industrie chimique et pharmaceutique, premier secteur exportateur, a réalisé une hausse de 3,2% à 20,32 milliards.

L'industrie des denrées alimentaires, des boissons et des tabacs est la troisième branche à avoir progressé, avec une avancée de 1,6% à 1,82 milliard de francs. Tous les autres secteurs ont connu une contraction de leurs exportations, relève l'AFD, reflétant le ralentissement conjoncturel ambiant.

La zone euro, une "zone rouge"

En considérant les zones géographiques, les exportations ont été soutenues par les marchés situés au-delà de l'Europe. A tel point que l'AFD assimile la zone euro à une "zone rouge". Les livraisons à destination de l'ensemble de l'Union européenne ont reculé de 3%. L'Allemagne, premier débouché pour la Suisse, a toutefois connu une croissance de 1%.

Du côté des importations, la baisse s'explique par les matières premières et les demi-produits (-9,3%). Les biens d'équipement (machines et infrastructures) ont également bu la tasse (-4,4%). Les biens de consommation ont par contre augmenté de 2,9%, notamment grâce à la dynamique des ventes de voitures neuves.

ATS