Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conflit entre randonneurs et adeptes d'héliski pourrait être désamorcé. Le Club alpin suisse et Zermatt (VS) proposent un compromis. La procédure de consultation court jusqu'au 20 avril pour les cantons et les communes.

Les hélicoptères transportant des touristes ne pourraient atterrir sur le Mont Rose que de décembre à fin mars, proposent le Club alpin suisse et Zermatt dans un communiqué lundi. Et sur l'Alphubel et l'Aeschhorn de décembre à fin avril.

D'avril à novembre, des vols d'entraînement seraient autorisés sur ces trois sommets à partir de 14h00. Ainsi le conflit entre les randonneurs et les adeptes d'héliski pourrait être désamorcé, avancent-elles.

A titre compensatoire pour ces limitations, Trift, au-dessus de Zermatt, devrait pouvoir disposer d'une hélistation. Celle-ci obligerait les touristes à effectuer la dernière portion de descente de l'Aeschhorn à Zermatt en hélicoptère, puisque celle-ci traverse une zone de tranquillité.

Contraire au droit fédéral

Les associations écologistes (mountain wilderness Suisse, ASPO/BirdLife Suisse, la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage FP et le WWF) font part de leur mécontentement. Elles rappellent que pour le Mont Rose, une expertise de la Commission fédérale pour la protection de la nature et du paysage a constaté que les vols touristiques ne représentaient pas un enjeu d'intérêt national et devaient donc être abolis.

Elles ajoutent que treize places d’atterrissage, listées dans le texte soumis à consultation, sont encore situées à l’intérieur de zones protégées de l'Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels d'importance nationale (IFP).

Deux suppressions à Berne

En janvier dernier, l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) mettait en consultation une modification du concept des places d’atterrissage en montagne et de l’ordonnance sur l’infrastructure aéronautique. Conformément à la décision du Conseil fédéral de limiter la liste des sites à 40, l'OFAC propose de supprimer les places d’atterrissage en montagne de Rosenegg-West et de Gumm, dans le canton de Berne.

Le Conseil fédéral, pris en sandwich entre les revendications des entreprises en faveur d'un statu quo amélioré et les demandes de réduction drastique des milieux de protection de la nature, avait tranché en mai dernier pour un plafond de 40 places.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS