Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les comptes 2011 du canton de Neuchâtel bouclent sur un excédent de 3 millions de francs. C'est le quatrième exercice bénéficiaire enregistré au cours de ces 20 dernières années. Ce résultat a été possible grâce, notamment, à des dissolutions de provisions.

"Les efforts paient. Le canton est sur la bonne voie", a dit lundi devant la presse le grand argentier du canton Jean Studer. Mais le Conseil d'Etat est inquiet concernant l'évolution des recettes de l'impôt sur les personnes physiques.

De manière globale, les recettes fiscales progressent néanmoins de 7,8 millions par rapport au budget ou de 11,9 millions par rapport aux comptes 2010.

Bonne nouvelle pour le canton, l'endettement du canton a baissé en 2011. La dette consolidée a été réduite de 95 millions pour se chiffrer à 1,2 milliard de francs au 31 décembre 2011. Compte tenu de l'insuffisance de financement 2011 qui s'élève à 31,9 millions de francs, une augmentation de la dette est cependant prévisible en 2012.

Fuite des contribuables

Le canton continue à perdre près de 500 contribuables par an, soit grosso modo 30 millions de recettes. Ces personnes ne coupent pas nécessairement les liens avec le canton, a expliqué le ministre de l'économie Thierry Grosjean. Nombreux sont ceux qui continuent à y travailler et transfèrent leur logement vers des lieux fiscalement plus favorables.

La fiscalité des entreprises a évolué en revanche de manière "réjouissante". Selon le gouvernement neuchâtelois, cela montre que la voie tracée en matière de réforme fiscale est la bonne.

Après celle des entreprises votée en 2011, la voie est désormais ouverte pour la réforme de la fiscalité des personnes physiques. "Il faut que le canton devienne attractif, en particulier pour les familles", a souligné M. Grosjean.

ATS