Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le concert de Johnny Hallyday a drainé plus de 29'000 fans samedi au Stade de Genève. Le chanteur français devait interpréter en soirée ses plus grands succès lors d'un show similaire à ceux prévus dans deux semaines au Stade de France à Paris.

De façon inhabituelle, Johnny Hallyday a débarqué à Genève vendredi déjà pour répéter et tester de nombreux effets spéciaux. Il devait notamment se familiariser avec des éléments techniques qu'il utilisait pour la première fois.

"Il y a une scène robotisée qui l'amène jusqu'au milieu de la foule. Elle tourne aussi et change de hauteur", a expliqué samedi à l'ats Michael Drieberg, directeur de Live Music Production, société organisatrice de l'événement. "Le public va découvrir le même spectacle que ceux du Stade de France", a-t-il dit.

"Il y a trois parties durant ce concert qui dure 2h30: une très rock, une classique avec un orchestre symphonique et une acoustique, plus intimiste." Pour la partie classique, 40 interprètes de l'Orchestre de la Suisse romande devaient accompagner le chanteur.

La révélation romande Bastian Baker et l'ancien guitariste du groupe Téléphone Louis Bertignac devaient assurer une double première partie. L'événement a attiré plus de 29'000 personnes, alors que 30'000 billets avaient été mis en vente.

Oeuvre de charité

Le spectacle a mobilisé une soixantaine de musiciens et près de 150 personnes en coulisses. La construction de l'immense scène a débuté il y a une dizaine de jours et quelque 1400 personnes ont participé à l'installation des 600 tonnes de matériel.

Au bénéfice d'un forfait fiscal en tant que résident de Gstaad (BE), Johnny Hallyday n'a pas le droit d'exercer une activité lucrative sur sol suisse. La star française reversera par conséquent l'intégralité de son cachet à une oeuvre de charité. Il a choisi "Children Action", une fondation suisse d'aide à l'enfance défavorisée dans le monde.

ATS