Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La France et l'Allemagne ont saisi vendredi l'Union européenne de ce qu'elles dénoncent comme une "concurrence déloyale" de la part des compagnies aériennes du Golfe, en demandant le lancement de négociations entre l'UE et les pays concernés.

Lors d'une réunion des ministres européens des Transports, les ministres des deux pays ont souligné que les compagnies aériennes européennes "perdent des parts de marché face aux compagnies du Golfe, en raison de leurs pratiques concurrentielles déloyales, notamment du fait des subventions et garanties publiques importantes dont elles bénéficient", a indiqué le ministère français dans un communiqué.

Ils ont demandé la mise au point d'une "stratégie commune pour mettre un terme à ces pratiques". Paris et Berlin suggèrent notamment que l'extension des droits de trafic donnés aux compagnies aériennes non européennes soit assortie d'un "véritable contrôle du mode de fonctionnement de ces compagnies".

Les deux pays veulent que l'UE ouvre des négociations pour aboutir à un accord en ce sens avec les pays concernés.

"Je suis d'accord, ensemble nous sommes plus forts", a assuré la commissaire aux Transports, Violeta Bulc, en estimant que cette question devait être soulevée aussi pour d'autres pays comme la Chine et la Turquie.

Attaques depuis des années

La France et l'Allemagne souhaitent également la révision d'un règlement adopté en 2004 sur la "protection contre les subventions et les pratiques tarifaires déloyales dans le transport aérien" afin de le rendre plus "efficace".

Les compagnies aériennes du Golfe font l'objet depuis une dizaine d'années de critiques et de plaintes en Europe, où des groupes s'inquiètent de la concurrence des Emirats et du Qatar, dont les aéroports sont devenus de gigantesques plateformes.

Les plaintes européennes sont partagées: American Airlines, Delta Airlines et United Airlines ont demandé jeudi aux autorités américaines des mesures de protection pour se prémunir d'Emirates, d'Etihad et de Qatar Airways qui ont, selon elles, bénéficié de 42 milliards de dollars d'aides gouvernementales depuis 2004.

Les autorités émiraties ont dénoncé des "accusations fausses, inacceptables et sans fondement".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS