Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les récentes tempêtes et sécheresses qui ont provoqué des flambées des prix des produits alimentaires ne seraient qu'un "sinistre avant-goût" de ce qui arrivera lorsque le changement climatique se fera sentir plus intensément, a affirmé lundi l'ONG Oxfam. La pauvreté au cours des derniers mois s'est aggravée.

L'ONG lance par conséquent un appel aux pays réunis à partir de lundi pour deux semaines à Durban, en Afrique du Sud, pour qu'ils s'engagent vers une réduction drastique des émissions de CO2 et vers la mise en oeuvre du fonds destiné à aider les pays pauvres.

Ce "Fonds vert", qui doit permettre d'acheminer 100 milliards de dollars par an aux pays les plus vulnérables à partir de 2020, sera l'un des sujets discutés à Durban.

Le rapport de l'ONG britannique constate une envolée des prix du blé, maïs et sorgho du fait de phénomènes météorologiques extrêmes. Ceux-ci ont plongé des dizaines de millions de personnes dans la pauvreté lors des 18 derniers mois.

"Cela va s'aggraver à mesure que le changement climatique s'accélèrera et que l'agriculture en ressentira les effets", estime une porte-parole d'Oxfam.

Hausses vertigineuses

En 2010, une vague de chaleur en Russie et en Ukraine avait entraîné un bond de 60 à 80% des prix mondiaux du blé en trois mois. En avril 2011, ils avaient même grimpé à 85% de son niveau de juin 2010, selon l'ONG.

En Somalie en juillet dernier, le prix du sorgho se situait à 393% au-dessus de la moyenne des cinq dernières années, alors que ceux du maïs, en Ethiopie et au Kenya, ont bondi de 191% et 161% respectivement, reflétant l'impact de la sécheresse dans la corne de l'Afrique.

Durant la même période, tempêtes et typhons en Asie du sud-est ont fait grimper le prix du riz en Thaïlande et au Vietnam. En septembre et octobre, les cours étaient en hausse de 25 à 30% par rapport à ceux d'il y a un an.

Oxfam rappelle que le groupe d'experts sur le climat, le Giec, a récemment indiqué que le réchauffement climatique a déjà accéléré les vagues de chaleur et averses suivies d'inondations, et que ces phénomènes devraient s'accroître.

ATS