Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le différend fiscal entre la Suisse et l'Italie pourrait trouver une issue. Le Tessin a versé mercredi 28 millions de francs bloqués depuis l'été dernier sur les impôts à la source des frontaliers italiens. Et Eveline Widmer-Schlumpf va rencontrer ces prochains jours Mario Monti à Rome.

Le dialogue sur les questions financières et fiscales est renoué avec l'Italie, deuxième partenaire commercial de notre pays, s'est félicitée la présidente de la Confédération lors d'une conférence de presse. La Suisse tente en vain de renégocier la convention de double imposition avec la Péninsule depuis 2001.

"Quelques difficultés"

"Pour dire les choses avec circonspection, nous avons eu quelques difficultés" ces dernières années, a dit Mme Widmer-Schlumpf. Depuis 20 ans, l'Italie tient par exemple des listes noires de personnes et d'entreprises helvétiques, actives dans la finance et d'autres secteurs économiques, et entrave l'accès des Suisses aux marchés publics.

Au point que, lassé de l'absence de réactions, le Conseil d'Etat tessinois a bloqué en juillet dernier la moitié des impôts à la source des frontaliers italiens dus à Rome. Les 28 millions ont été gelés sur un compte en attendant la reprise des négociations. Le versement de cet argent a contribué au dégel des relations transalpines.

Pas de concessions

"Nous n'avons pas fait de concessions à l'Italie", a assuré Eveline Widmer-Schlumpf. Les autorités tessinoises, représentées à Berne par le président du gouvernement Marco Borradori et la cheffe des finances Laura Sadis, se sont félicitées de la reprise des pourparlers.

Elles pourront participer au groupe de pilotage qui, dès le 24 mai, va chercher des solutions pour régler les questions financières en suspens.

Un accord fiscal avec l'introduction d'un impôt à la source pour les futurs rendements de capitaux se dessine. Le soutien de la Commission européenne aux traités passés entre la Suisse et l'Allemagne, la Grande-Bretagne et l'Autriche semble avoir convaincu le gouvernement de Mario Monti, a admis Mme Widmer-Schlumpf.

ATS