Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tous les ténors du PDC suisse étaient samedi à Fribourg pour galvaniser leurs troupes dans la dernière ligne droite avant les élections fédérales. Dans une atmosphère festive, les 300 délégués au congrès n'ont pas été avares en applaudissements, alors que Christophe Darbellay a rappelé que ces élections étaient cruciales.

En dépit de la très mauvaise météo, près de 150 d'entre eux ont, sous la houlette du président du PDC suisse Christophe Darbellay et du conseiller aux Etats Urs Schwaller (PDC/FR), traversé en cortège la ville de la gare aux abords de la cathédrale avant de prendre des bus pour le lieu du congrès.

Le meeting a été lancé par la conseillère nationale sur le départ, Thérèse Meyer-Kaelin (PDC/FR), avec la chaleur et l'émotion, dont elle est coutumière. "Nous ne devons pas être trop modestes", leur a-t-elle lancé. Elle a souligné la force de proposition du PDC en faveur de la classe moyenne et des familles.

Leuthard fait référence au pape

Accueillie comme une super-star, la conseillère fédérale Doris Leuthard a élevé le débat et les objectifs: elle a appelé à élire des personnes qui sachent distinguer le bien du mal et s'est référée au pape. Tout en rappelant les nombreux défis qui attendent les élus à Berne, elle a choisi clairement de mettre l'accent sur les problèmes d'éthique d'"une société qui manque parfois de cohésion".

"Le PDC doit se démarquer de ceux qui veulent laisser faire sans autre les forces du marché et ceux qui prônent le tout-Etat. Il faut faire en sorte que les citoyens puissent mieux s'identifier à la 'res publica', a lancé la cheffe du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC).

Christophe Darbellay ne l'a pas caché: "cette élection est cruciale pour notre parti et pour notre pays". Le conseiller national valaisan a demandé de la discipline à ses troupes: en clair pas de panachage, souvent prisé au PDC, mais un resserrement de la discipline de vote.

L'objectif du parti n'a pas varié depuis le printemps: atteindre 17% des voix au National. Le PDC en avait recueilli 14,5% il y a quatre ans.

ATS