Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La zone euro semble être entrée en "légère récession" et son économie devrait presque stagner en 2012 en raison de la crise de la dette qui, en cas d'événement "négatif majeur", pourrait avoir des conséquences "dévastatrices" pour tous les pays riches, avertit l'OCDE. La Suisse est également concernée.

Dans son rapport semestriel sur les perspectives économiques, publié lundi, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) revoit nettement à la baisse ses prévisions par rapport aux précédentes qui remontaient au mois de mai.

La croissance mondiale devrait ainsi encore ralentir: après 3,8% cette année (au lieu des 4,2% prévus auparavant), elle freinerait à 3,4% l'an prochain (au lieu de 4,6%).

Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse progresserait de 1,8% cette année (au lieu de 2,7%), puis de 0,8% l'an prochain (au lieu de 2,5%) avant de rebondir en 2013 à 1,9%, selon une première prévision.

Le PIB des Etats-Unis croîtrait de 1,7% en 2011 (au lieu de 2,6%), puis de 2% en 2012 (au lieu de 3,1%). Il rebondirait à 2,5% en 2013.

Zone euro davantage touchée

Dans la zone euro, la révision est encore plus drastique: la croissance devrait être de 1,6% en 2011 (au lieu de 2%), puis de seulement 0,2% en 2012 (au lieu de 2%). Elle repartirait péniblement l'année suivante, à 1,4%.

"La zone euro semble traverser une légère récession", prévient le club des pays les plus riches de la planète. Cela se traduit par un recul du PIB de l'Union monétaire, mais aussi, dans le détail, de ses trois premières économies (Allemagne, France et Italie), au dernier trimestre 2011, puis au cours des trois premiers mois de 2O12.

L'OCDE est la première institution internationale à annoncer une entrée en récession de la zone euro. Les résultats "d'un événement négatif majeur dans la zone euro" pourraient être "très dévastateurs", met en garde l'organisation.

Cela "ferait très vraisemblablement basculer toute la zone OCDE dans une récession, avec un recul sensible de l'activité aux Etats-Unis et au Japon".

ATS