Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Syrie a qualifié d'"injuste" et de "politiquement motivée" la résolution votée vendredi par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU. Le texte condamne "les violations répandues, systématiques et flagrantes" des droits de l'Homme par les autorités de Damas.

Cette résolution a été "préparée à l'avance par les parties hostiles à la Syrie", a dénoncé samedi le ministère syrien des affaires étrangères. "Le rapport de la commission d'enquête est politiquement motivé et basé sur des informations mensongères propagées par des parties se trouvant hors de Syrie et par des organes de presse malhonnêtes, tout en ignorant les informations présentées par Damas", ajoute le communiqué.

Réuni à Genève en session extraordinaire, le CDH a condamné vendredi dans une résolution les violations des droits de l'Homme et des libertés fondamentales en Syrie par les autorités de Damas, dont les actions de répression ont fait selon l'ONU plus de 4000 morts, dont plus de 300 enfants, depuis mars.

La résolution a été approuvée par 37 voix pour, six abstentions et quatre voix contre - Cuba, la Russie, l'Equateur et la Chine. Pour Damas, "les décisions (du Conseil des droits de l'Homme) visent à faire perdurer la la crise et à transmettre un message d'appui aux groupes terroristes armés".

ATS