Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A un mois et demi de l'élection au Conseil fédéral, le Fribourgeois Alain Berset affiche un léger avantage sur le Vaudois Pierre-Yves Maillard, selon un sondage de l'Institut MIS Trend publié dans "L'Illustré". Mais la succession de Micheline Calmy-Rey inspire peu les Suisses.

Un tiers des Romands et près de la moitié des Alémaniques n'ont pas d'avis sur le meilleur des candidats socialistes. Ce taux atteint même 45% en Suisse alémanique.

Parmi les quatre candidats, Alain Berset obtient 25% des choix, Pierre-Yves Maillard 17% et le Valaisan Stéphane Rossini 10%. Les autres - il ne reste que la Tessinoise Marina Carobbio - réunissent 10%. Le sondage a été réalisé du 24 au 26 octobre, soit après que MM. Berset et Rossini ont annoncé leur candidature, les deux autres l'ayant révélé le 26 octobre.

Le conseiller aux Etats fribourgeois devance le conseiller d'Etat vaudois tant parmi les électeurs de gauche (30% contre 20%) que de droite (25% contre 10%). Pierre-Yves Maillard est en revanche le préféré des Romands, avec 37% d'avis favorables, contre 29% à Alain Berset et 13% à Stéphane Rossini.

Widmer-Schlumpf plébiscitée

Les Suisses semblent beaucoup plus concernés par la réélection d'Eveline Widmer-Schlumpf, dont le siège est menacé par les prétentions de l'UDC. Confirmant un autre sondage paru la semaine dernière (68% d'avis favorables), celui de "L'Illustré" laisse apparaître que 69% des Suisses souhaitent le maintien de la Grisonne au gouvernement.

Corollaire, une majorité des personnes sondées (52%) ne veut pas d'un second UDC au Conseil fédéral. Là aussi, le sondage de l'institut lausannois MIS Trend confirme les chiffres de la SSR parus il y a une semaine selon lesquels 47% ne voulaient pas d'un 2e UDC.

Les hommes paraissent plus partagés (45% pour et 45% contre) alors que les femmes rejettent à 59% un second UDC. Les Romands sont également davantage opposés (59%) que les Alémaniques (50%) à ce que le plus grand parti de Suisse ait deux ministres.

ATS