Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'UDC a galvaudé ses chances. Tel est le commentaire de bon nombre de partis qui jugent durement la stratégie des démocrates du centre pour l'élection au Conseil fédéral. Pour les principaux intéressés, un éventuel passage dans l'opposition sera discuté le 28 janvier.

"L'UDC voulait rétablir la concordance. Nous ne pouvions pas faire plus que de présenter nos deux candidats", a réagi son président Toni Brunner. Mais c'était un résultat prévisible, a-t-il précisé, ajoutant que le parti est maintenant libre d'entrer ou non dans l'opposition.

Toni Brunner a encore déploré que le plus grand parti du pays ne dispose que d'un siège au gouvernement, alors que le PBD, qui ne représente qu'un peu plus de 5% de l'électorat, en ait aussi un.

UDC divisée

Le passage dans l'opposition divise l'UDC: Jean-François Rime (PDC/FR) indique qu'il n'en est pas question, alors que Christoph Mörgeli (UDC/ZH) s'y estime déjà à moitié dedans.

Si l'UDC est privée de son deuxième siège au gouvernement, elle misera dès lors sur la participation directe des citoyens au moyen des référendums et des initiatives populaires, prévoit le Zurichois. Il pense aussi que le ministre en charge de la défense, Ueli Maurer, ne va pas se retirer, a-t-il dit à la radio DRS.

Ce dernier n'a pas caché sa déception lors de la non élection des candidats UDC face à Eveline Widmer-Schlumpf, du PBD. "Ce n'est pas un bon jour pour la Suisse", a-t-il commenté.

Critiques unanimes

Le PLR n'a de son côté pas apprécié l'attaque de l'UDC contre le siège libéral-radical de Johann Schneider-Ammann. "Il est préoccupant que l'UDC en appelle à la concordance et une minute plus tard retourne sa veste", a indiqué le conseiller aux Etats Felix Gutzwiller (PLR/ZH).

Pour le président du PS Christian Levrat, le parti conservateur doit revoir sa stratégie et former des personnes adéquates pour les prochaines élections. "Elle s'est sabotée elle-même avec sa stratégie kamikaze", a-t-il estimé.

Le président des Verts Ueli Leuenberger décerne aussi un bonnet d'âne à l'UDC pour son comportement. Il s'est dit convaincu que l'UDC ne voulait pas d'un deuxième ministre.

ATS