Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Se lancer ou pas dans la course au Conseil fédéral, telle est la question pour le conseiller national Jean-François Rime (UDC/FR). Pour le moment, c'est motus et bouche cousue, mais "tout est ouvert", a-t-il dit lundi. A gauche, Liliane Maury Pasquier renonce à se porter candidate à la succession de Micheline Calmy-Rey.

A l'heure du bilan des élections fédérales et peu avant les élections cantonales du 13 novembre, le ténor de l'UDC fribourgeoise s'est livré à quelques réflexions sur une éventuelle candidature au Conseil fédéral. Une chose est sûre, le parti va revendiquer un second siège au Conseil fédéral.

La procédure de préparation d'une candidature devrait commencer sous peu avec l'appel aux cantons de présenter des candidats. Les choses seront discutées lors de la séance de groupe jeudi sous la présidence de Toni Brunner, a-t-il précisé.

Pas de ticket

C'est le groupe qui déterminera quel sera le - ou la - meilleur candidat pour affronter Eveline Widmer-Schlumpf. Il y a des chances que ce soit un Alémanique, car trois Romands au Conseil fédéral, ça ne s'est jamais vu, explique M.Rime.

A la question de savoir si un ticket ne serait pas une solution, le conseiller national réplique que pour une candidature de combat, un seul candidat est une meilleure solution.

Liliane Maury Pasquier renonce

De son côté, la conseillère aux Etats genevoise Liliane Maury Pasquier renonce à se porter candidate à la succession de Micheline Calmy-Rey. Réélue dimanche avec 42'650 voix à la Chambre des cantons, elle a dit vouloir se consacrer pleinement à ce nouveau mandat.

Mme Maury Pasquier faisait figure de principale "papable" dans les rangs du Parti socialiste genevois (PSG) pour se lancer dans la course au Conseil fédéral. "Il n'y a visiblement pas d'autres candidatures au sein du parti", a fait savoir le président du PSG René Longet.

Les socialistes genevois tiendront une assemblée générale lundi prochain. Ils devraient à cette occasion se positionner par rapport aux candidats qui se sont annoncés pour succéder à Micheline Calmy-Rey, soit le conseiller national valaisan Stéphane Rossini et le conseiller aux Etats fribourgeois Alain Berset.

ATS