Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Moritz Leuenberger a créé la surprise en annonçant son départ du Conseil fédéral pour la fin 2010, après 15 ans passés au Département de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication. Le socialiste démissionnera formellement après la session d'automne.
"Ne cherchez pas trop de raisons tactiques" à mon départ, a déclaré Moritz Leuenberger. Et de justifier son annonce au début des vacances estivales par le fait qu'il fallait laisser le temps de préparer la présidence de la Confédération de l'année prochaine, qu'il aurait dû assumer pour la troisième fois selon le tournus traditionnel. Son successeur sera désigné le 8 décembre par le Parlement.
Elu en septembre 1995 pour remplacer Otto Stich, le Zurichois aura dirigé pendant quinze ans le Département de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC), devenant ainsi le plus ancien ministre en fonction de toute l'Europe.
Le conseiller fédéral entend clore son activité gouvernementale sur deux "points d'orgue": le percement en octobre du tunnel de base du Gothard et, début décembre, la conférence de Cancun sur le climat, qui fait suite à celle de Copenhague.
"Ma décision"
Informés sur un pied d'égalité, tous ses collègues lui ont exprimé des regrets sur le plan personnel, a indiqué Moritz Leuenberger, sans donner de précisions sur les discussions avec Hans-Rudolf Merz ou avec Micheline Calmy-Rey, appelée désormais à reprendre la présidence l'année prochaine.
Sa démission n'a en outre rien à voir avec les derniers thèmes traités au Conseil fédéral. "C'est ma décision", a précisé le socialiste. Interrogé sur l'ambiance au gouvernement, il a refusé de critiquer les autres membres du gouvernement et de parler d'un ras-le-bol de sa part.
Nombreux papables
Si pour l'heure personne n'est sorti du bois, les noms des principaux papables sont sur toutes les lèvres. De fait, ce sont surtout des femmes qui font figurent de favoris: la conseillère aux Etats bernoise Simonetta Sommaruga, la conseillère d'Etat zurichoise Regine Aeppli, les conseillères nationales zurichoise Jacqueline Fehr et argovienne Pascale Bruderer.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS