Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse pourra se doter d'un parc d'innovation national disséminé en plusieurs lieux. Le Conseil fédéral a soumis mercredi son projet au Parlement, en lui remettant la révision totale de la loi sur l'encouragement de la recherche et de l'innovation.

Avec le parc d'innovation, la réforme ouvre la porte à la création d'un espace de savoir à l'image du MIT, l'institut de technologie du Massachusetts (USA), a précisé Didier Burkhalter devant la presse. Il s'agit cependant d'un projet de longue haleine qui mettra des années à se développer, a averti le conseiller fédéral.

Les contours du projet restent extrêmement flous. Seules certitudes, le parc d'innovation devra être établi à l'initiative des milieux intéressés - cantons, régions ou secteur privé. Il pourra voir le jour sous la forme d'un réseau reliant différents sites soutenus par des consortium différents.

Terrains à disposition

Mais il devra être placé sous la responsabilité d'un porteur de projet disposant d'une large assise dans le pays. La Confédération mettra à disposition un ou des terrains et un coup de pouce financier à déterminer par les Chambres fédérales.

La loi reste floue pour permettre une grand diversité de formes de réalisation. La révision totale ne vise pas à "réinventer la roue", mais bien à fixer un cadre légal simple et souple à la recherche et à l'innovation, a noté M. Burkhalter. Les idées foisonnent déjà.

"Position de rêve"

Les promoteurs du parc d'innovation censé voir le jour sur l'aérodrome de Dübendorf, emmenés par le conseiller national Ruedi Noser (PLR/ZH), se sont en tout cas immédiatement félicités de la nouvelle base légale. Ils prévoient de relier le site zurichois avec des antennes à Bienne et Rarogne/Tourtemagne (VS).

L'enjeu est de conserver la "position de rêve" qu'occupe la Suisse dans un contexte de plus en plus international, a estimé Didier Burkhalter. Et le chef du Département fédéral de l'intérieur (DFI) de profiter de l'occasion pour tresser les lauriers du niveau de la recherche helvétique et des moyens investis par la Confédération.

ATS