Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ménages suisses sont optimistes quant à l'évolution de l'économie et du chômage ces prochains mois, malgré la crise qui touche la zone euro. Le climat de consommation s'est amélioré de janvier à avril, selon la dernière enquête trimestrielle du SECO.

L'indice s'est inscrit à -8 points, a indiqué lundi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) dans un communiqué. Il pointait encore à -19 points à la fin du trimestre précédent.

Les 1200 ménages helvétiques interrogés sont plus optimistes qu'en début d'année concernant l'évolution économique du pays. Le sous-indice affiche -2 points, alors qu'il se situait encore à -29 en janvier.

Dans l'ensemble, ces résultats confirment l'embellie qui ressort d'autres indicateurs, a expliqué à l'ats Bruno Parnisari, chef du secteur conjoncture du SECO. Le climat de consommation en Suisse est très dépendant de la situation sur le marché du travail.

Et pour l'heure, même si le chômage a légèrement augmenté en avril (après correction des influences saisonnières), la situation reste favorable en Suisse, souligne M. Parnisari. Les appréciations sur l'évolution du chômage pour les prochains mois sont à +49 points (+71 en janvier), ce qui signifie que les ménages s'attendent à une évolution plus favorable qu'en janvier dernier.

Tout n'est pas rose

Concernant la sécurité des places de travail, l'indice pointe à -64 points, contre -78 en janvier dernier. Un autre sous-indice montre également une amélioration du sentiment des ménages helvétiques: les jugements sur la situation économique générale des douze derniers mois sont meilleurs, passant à -18 points en avril contre -47 trois mois plus tôt.

Cependant, "tout ne vire pas si facilement au rose", relève M. Parnisari. Les perspectives sur la situation financière personnelle n'ont pas bougé (+0 point en avril, contre +1 en janvier). Les possibilités d'épargne sont elles aussi plus ou moins stables.

Sur le front des prix, les ménages ressentent toujours plus le renchérissement. Leur appréciation sur les douze derniers mois s'est renforcée (+32 points en avril, contre +10 en janvier).

ATS