Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des gardes-frontière à Bâle à la frontière entre la Suisse et l'Allemagne. Selon le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière, les contrôles renforcés sont efficaces (archives).

Keystone/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Au printemps, l'Allemagne avait exigé que la Suisse renforce ses contrôles douaniers en raison du fort afflux de réfugiés illégaux en Allemagne via la frontière nord de la Suisse. La Suisse a réagi et l'a bien fait, estime son voisin.

"Nous collaborons très bien avec les autorités suisses", a dit jeudi le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière à la télévision publique alémanique SRF, à l'occasion d'une visite d'une délégation de parlementaires suisses à Berlin.

"Nous avons un intérêt commun à ce que les réfugiés qui devraient, selon les règles juridiques, rester en Italie restent effectivement en Italie, et lorsque ce n'est pas le cas, qu'ils soient renvoyés rapidement", a dit M. de Maizière. Il a toutefois reconnu que tout n'est pas encore optimal. "La crise migratoire reste naturellement quelque chose qui nous met conjointement au défi".

Selon les informations de la chaîne SRF, seuls quelques dizaines de réfugiés sont passés illégalement ces quatre dernières semaines de la Suisse en Allemagne. Pour comparaison, en 2016, les Allemands ont arrêté 7140 réfugiés provenant de la Suisse. Durant les deux premiers mois de 2017, ils ont encore été 1250.

ATS