Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'idée de limiter le recours aux radars sur les autoroutes ne convainc nullement la commission des transports du Conseil des Etats. Par 9 voix sans opposition, elle a proposé mardi au plénum de rejeter une motion pourtant adoptée largement par le National.

Le texte, déposé par le transporteur Ulrich Giezedanner (UDC/AG), exige que les contrôles radars ne puissent être effectués que sur les tronçons dangereux des autoroutes et uniquement de manière ponctuelle. Au Conseil national, la ministre des transports Doris Leuthard avait vivement combattu la motion.

La Conférence des directeurs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP) a elle aussi vertement critiqué ce texte, dans un prise de position diffusée mardi. "Le titre même de la motion, qui qualifie les contrôles routiers de 'pièges' et d''abusifs' est choquant et témoigne d'une conception quelque peu singulière du droit", affirment les conseillers d'Etat.

Et de rappeler que les excès de vitesse représentent la cause numéro 1 des accidents mortels de la route. Limiter la pose de radars aux tronçons dangereux reviendrait à ignorer le fait que les accidents se déroulent le plus souvent dans les endroits où il est de notoriété publique qu'aucun contrôle de vitesse n'est exercé et que les dépassements de vitesse ne sont pas sanctionnés, souligne la CCDJP.

La Conférence met aussi en cause une "atteinte à la souveraineté de la police cantonale infondée". L'impossibilité de poursuivre les chauffards équivaudrait en plus à un sabotage du programme Via Sicura avant sa mise en vigueur.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS