Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La tension ne cesse de redescendre entre le Japon et la Russie.

KEYSTONE/EPA SPUTNIK POOL/ALEXEI DRUZHININ/SPUTNIK/KREMLIN POOL

(sda-ats)

Vladimir Poutine et Shinzo Abe se sont mis d'accord pour renforcer la coopération économique entre leurs deux pays. Le président et le premier ministre sont également parvenus à un accord sur la question des îles Kouriles.

Les négociations entre les deux dirigeants, qui se sont déroulées à Vladivostok, dans l'Extrême-Orient russe, "ont porté sur l'économie sous toutes ses formes", a déclaré vendredi à la presse le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, à l'issue de la rencontre. Mais pas seulement: "l'ensemble des domaines de coopération" a été évoqué, lors de cette rencontre en marge du Forum économique de l'Est, a-t-il précisé.

Dès le début des pourparlers avec le président russe, M. Abe a assuré que le Japon était "prêt à faire le maximum d'efforts pour développer la coopération russo-japonaise". "Il est très important d'apporter un soutien politique" aux investisseurs souhaitant développer les relations économiques bilatérales, a souligné pour sa part Vladimir Poutine, qui recevait M. Abe en Russie pour la seconde fois cette année.

Accord en vue sur les îles

Ces progrès en matière de coopération économique ont connu un prolongement dans le domaine politique. MM. Poutine et Abe se sont engagés à élaborer cette année un accord sur les îles Kouriles. Cet archipel situé au nord du Japon figure au coeur d'un conflit territorial depuis 80 ans.

Le conflit territorial remonte aux derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, lorsque l'Union soviétique a conquis ces îles, qu'elle a par la suite refusé de rendre au Japon. Le contentieux est tel sur ces territoires que la Russie et le Japon n'ont pas signé de traité de paix officiel à la fin de la guerre.

En mai, à l'issue de discussions à Sotchi, Shinzo Abe avait dit noter une "avancée" sur le règlement de la question des îles Kouriles. Les deux dirigeants prônaient alors des négociations grâce à "une nouvelle approche qui n'est pas encombrée par les anciennes façons de penser", selon la diplomatie japonaise.

Avant de s'envoler pour Vladivostok, M. Abe s'était dit "résolu à faire des progrès sur le traité de paix et la question territoriale via des négociations franches et exhaustives" avec M. Poutine.

Poutine bientôt au Japon

Les négociations concernant ces quatre îles volcaniques étaient au point mort depuis l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie en mars 2014. L'opération a été condamnée par Tokyo comme par les Occidentaux.

Interrogé plus tôt dans la journée par l'agence Bloomberg sur une éventuelle cession par la Russie d'une des îles au Japon en échange d'une coopération économique renforcée avec Tokyo, M. Poutine a catégoriquement rejeté l'idée "d'un échange quelconque ou d'une vente".

Signe d'apaisement du côté russe, Moscou a annoncé à quelques jours de ces négociations qu'une "visite longuement reportée" de Vladimir Poutine au Japon aurait lieu en décembre. Le président russe ne s'y est pas rendu depuis 2005.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS