Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les grands distributeurs Coop et Migros jouent les pionniers en matière environnementale, selon une enquête du WWF Suisse. Les autres suivent à distance respectable, même si certains ont toutefois fait des efforts.

L'ensemble de la branche alimentaire, grossistes et détaillants, a toutefois encore du pain sur la planche pour répondre aux exigences en matière d'écocompatibilité, souligne dimanche le WWF Suisse dans cette enquête menée auprès de dix détaillants importants et des trois principaux grossistes de Suisse.

L'évaluation portait sur six domaines: le système de gestion, les investissements, les produits, l'assortiment et les fournisseurs, la politique et les conditions cadres, ainsi que l'ancrage de comportements écologiques dans la société. Pour Coop et Migros, leur engagement est de loin supérieur à celui du reste de la branche, souligne l'enquête.

Davantage de labels

Les deux enseignes vendent davantage d'articles arborant des labels durables reconnus et leur action est résolument orientée pour atteindre les objectifs fixés et avoir le plus d'impact possible. Elles encouragent en outre les comportements écologiques de la part de leurs fournisseurs et de la société en général.

Derrière ces deux "pionniers", aucune entreprise n'a réussi à se glisser dans la catégorie des "élèves dynamiques". Sept figurent dans la "moyenne supérieure" et deux dans la "moyenne inférieure". Pam et Volg n'ayant pas répondu aux questions, elles figurent dans la catégorie des entreprises "opaques".

Pratiquement aucune société ne reste les bras croisés lorsqu'elle doit répondre à des exigences environnementales, se réjouit l'enquête. La plupart doivent toutefois encore faire des progrès, les résultats étant très disparates selon le domaine étudié.

Pas assez d'exigences

Ainsi, si presque toutes les enseignes ont pris quelques mesures en matière de stratégie et de gestion durable, ainsi que d'investissements en énergie et CO2, elles ne définissent que peu, voire pas du tout, d'exigences relatives aux investissements de caisses de pension. Elles restent également trop rares à chercher activement des solutions aux principaux problèmes environnementaux.

La participation à des initiatives sectorielles - qui permettrait d'accentuer la pression sur les multinationales et les milieux politiques - est également relativement limitée. Les grossistes et détaillants doivent donc élaborer des modèles commerciaux supportables pour la planète et sont invités à mettre en oeuvre énergiquement toutes les mesures les plus efficaces, conclut le WWF.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS